Coronavirus : Ceux qui ne respectent pas le confinement aux Philippines ? « Tuez-les », répond le président

EPIDEMIE Aux Philippines, les mesures de confinement peinent à être totalement respectées

M.A.

— 

Rodrigo Duterte est président des Philippines depuis juin 2016.
Rodrigo Duterte est président des Philippines depuis juin 2016. — Bullit Marquez/AP/SIPA

Aux Philippines, comme ailleurs, le gouvernement a instauré un confinement pour limiter la propagation de l’épidémie de coronavirus. Si en France, on  s’expose à une amende en cas de non-respect, les Philippins, eux, risquent d’être tués par balle.

Connu pour sa violence et sa répression, le président philippin, Rodrigo Duterte, a prévenu que les personnes qui ne respecteraient pas le confinement pourraient être tuées par les forces de l’ordre, rapporte Reuters, ce jeudi.

« Au lieu de causer des troubles, je vous enterrerai »

« Cela empire. Alors une nouvelle fois je vous fais part de la gravité du problème et vous devez écouter », a déclaré Rodrigo Duterte, mercredi soir, lors d’une allocution à la télévision. « Mes ordres à la police et à l’armée […] S’il y a des troubles et qu’il y a une possibilité qu’ils ripostent, avec un risque pour vos vies, tuez-les par balle », a-t-il ajouté après avoir pointé du doigt les Philippins que ne respectaient pas les mesures de confinement.

« Est-ce bien compris ? Morts. Au lieu de causer des troubles, je vous enterrerai », a poursuivi le chef de l’État, qui a également ajouté que toute maltraitance contre le personnel médical était considérée comme un crime grave. Selon le dernier décompte, 96 personnes sont décédées aux Philippines et 2.311 cas de contamination ont été confirmés. Les autorités du pays craignent une surcharge du fragile système de santé.