Mali : La France a une « preuve de vie » de l’otage Sophie Pétronin, selon ses proches

ENLEVEMENT L’humanitaire française, enlevée au Mali, est retenue en otage depuis le 24 décembre 2016

20 Minutes avec AFP

— 

Sébastien Chadaud-Pétronin, le fils de Sophie Pétronin, et l'ex-otage Ingrid Betancourt, devant un portrait de l'humanitaire enlevée, à Paris le 10 juillet 2018.
Sébastien Chadaud-Pétronin, le fils de Sophie Pétronin, et l'ex-otage Ingrid Betancourt, devant un portrait de l'humanitaire enlevée, à Paris le 10 juillet 2018. — JACQUES DEMARTHON / AFP

La France dispose d’une preuve de vie « fiable » et récente de Sophie Pétronin, l’humanitaire française enlevée au Mali et retenue en otage depuis le 24 décembre 2016, rapportent mardi dans un communiqué ses proches dont son fils, reçu la semaine dernière au Quai d’Orsay. Interrogé par l’AFP, le ministère des Affaires étrangères s’est refusé à tout commentaire.

Selon ce communiqué adressé par le neveu de l’humanitaire, originaire de Bordeaux et enlevée à Gao (nord Mali) par des hommes armés, « les autorités françaises via la cellule de crise du Quai d’Orsay ont convoqué » son fils Sébastien Chadaud-Pétronin la semaine dernière « pour lui annoncer une nouvelle importante ». « L’Etat français dispose d’une preuve de vie de Sophie fiable en date de début mars », écrivent les proches qui indiquent toutefois ne pas détenir « de détails ni d’éléments matériels pour apprécier davantage cette nouvelle ».

« Elle est malade, mais elle reçoit des traitements »

« C’est la première fois que le Quai d’Orsay nous informe de l’existence d’une preuve de vie de Sophie de manière aussi officielle », a souligné auprès de l’AFP le neveu de Sophie Pétronin, Lionel Granouillac, assurant que les proches allaient demander des « clarifications ». « Sébastien est établi dans le Jura suisse et nous avons été surpris qu’en plein confinement, on lui dise de venir au Quai d’Orsay, sans lui préciser le motif de la convocation », a-t-il relevé. « C’est en tout cas une bonne nouvelle que l’on espère annonciatrice d’une très très bonne nouvelle ». Pour les proches, l'« attente reste toujours la même : "Libérons Sophie" ». « Elle est malade, mais nous savons par nos informations qu’elle reçoit des traitements », a précisé le neveu.

Le 30 décembre dernier, le mari de l’humanitaire, Jean-Pierre Pétronin, avait déploré le silence entourant le sort de son épouse, médecin humanitaire septuagénaire, disant avoir le sentiment qu’elle avait été « oubliée ». « On ne sait pas si elle est vivante. Cela fait un an que nous n’avons plus de nouvelle du tout », déplorait-il au troisième anniversaire de sa captivité. La dernière vidéo où apparaissait Sophie Pétronin avait été reçue mi-juin 2018. Elle y semblait très fatiguée, le visage émacié, et en appelait à Emmanuel Macron. Dans une autre vidéo en novembre 2018, où elle ne figurait pas, ses ravisseurs affirmaient que son état de santé s’était dégradé.