Coronavirus : Airbus, Dell, Ford et d'autres s'unissent pour fabriquer 10.000 respirateurs en Grande-Bretagne

TECHNOLOGIES Au Royaume-Uni, plusieurs grandes entreprises de secteur différent se sont unies pour produire rapidement 10.000 respirateurs

B.C.

— 

Un respirateur sur un mannequin lors d'un exercice de simulation au sein du CHU de Toulouse.
Un respirateur sur un mannequin lors d'un exercice de simulation au sein du CHU de Toulouse. — B. Colin / 20 Minutes

Un pour tous, tous pour un… respirateur. Lundi, plusieurs grands groupes de l’aérospatiale, de l’automobile, notamment de Formule 1, et du secteur médical ont annoncé qu’ils s’unissaient au sein d’un consortium pour produire 10.000 respirateurs nécessaires dans la lutte contre la pandémie de coronavirus.

Une alliance entre des industriels de divers secteurs pour répondre à une commande du gouvernement britannique​, confronté à un manque d’équipements de ce type. Baptisé  Ventilator Challenge UK, ce consortium inclut des entreprises comme Ford, Airbus, Dell Technologies, Microsoft, Thales ou encore Renault F1 Team.

Toutes ont mis à disposition leurs technologiques et leurs équipes d’ingénierie Outre-Manche pour « concevoir, fabriquer, assembler et tester des composants » indiquent-elles dans un communiqué commun.

« Ce consortium rassemble certaines des entreprises les plus innovantes au monde. Chaque jour, leur personnel hautement qualifié collabore pour créer des solutions qui aident des millions de personnes, et ce projet n’est pas différent. Ils travaillent ensemble avec une détermination et une énergie incroyables pour augmenter la production de ventilateurs indispensables et lutter contre un virus qui affecte les populations de nombreux pays. Je suis convaincu que ce consortium possède les compétences et les outils pour faire la différence et sauver des vies », a assuré Dick Elsy, le PDG de High Value Manufacturing Catapult, un groupe de centres de recherche, qui a pris les commandes de Ventilator Challenge UK.

En utilisant les technologies existantes, le consortium va accélérer la production dès cette semaine d’un nouvel appareil qui pourra être assemblé à partir de matériaux et de pièces en production actuellement. Il est en cours d’approbation pour les organismes réglementaires, impliquées dans le projet.