Coronavirus : Les ministres des Finances du G20 se retrouvent en vidéoconférence

CRISE Jeudi dernier, les vingt puissances économiques s’étaient engagées à faire « front commun », affirmant être prêtes à injecter 5.000 milliards de dollars dans l’économie mondiale

20 Minutes avec AFP

— 

Le G20 va se réunir pour la deuxième fois par visioconférence.
Le G20 va se réunir pour la deuxième fois par visioconférence. — GARY RAMAGE/AFP

Pour renforcer les mesures contre la pandémie de coronavirus, les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales des pays membres du G20 vont organiser, ce mardi, une deuxième visioconférence, a indiqué l’Arabie saoudite, qui assure la présidence tournante du G20.

Lors d’un sommet virtuel jeudi dernier, les vingt puissances économiques se sont engagées à faire « front commun » dans la lutte contre le Covid-19, en injectant 5.000 milliards de dollars dans l’économie mondiale. Une annonce qui intervient alors que les prévisions font état d’une prochaine récession.

Le manque de réactivité en ligne de mire

L’Arabie saoudite a indiqué que la nouvelle réunion servirait à « faire progresser la réponse mondiale coordonnée à la pandémie de Covid-19 et ses conséquences humaines et économiques ». Le président américain Donald Trump, son homologue russe Vladimir Poutine ainsi que le chef de l’Etat français Emmanuel Macron ont participé au sommet de jeudi qui s’était tenu sur fond de critiques contre le G20. Il était reproché au groupe son manque de réactivité face à la pandémie qui a fait plus de 37.500 morts dans le monde et contraint de gré ou de force quelque deux humains sur cinq au confinement.

Lors d’un entretien lundi, Donald Trump et Vladimir Poutine se sont « mis d’accord de travailler de façon étroite lors du G20 » dans la lutte contre le coronavirus et pour endiguer la crise économique liée aux mesures de confinement, à la fermeture des frontières et à la distanciation sociale, selon des communiqués de la Maison-Blanche et du Kremlin publiés séparément.

Un « moratoire » sur les sanctions économiques

Selon une source chinoise, sur les 5.000 milliards de dollars, la Chine, d’où l’épidémie est partie, a, à elle seule, « communiqué » le chiffre de 344 milliards, principalement en mesures fiscales. Pour sa part, le président Poutine a proposé jeudi un « moratoire » sur les sanctions économiques frappant plusieurs pays dont le sien en raison de la crise économique provoquée par la propagation du coronavirus.

L’économie russe a été fortement touchée par la crise mondiale qu’a entraînée la pandémie, en raison en particulier de la chute du prix du pétrole et par ricochet de celle du rouble. La Russie traversait déjà des difficultés économiques depuis 2014, en raison des sanctions internationales qui lui ont été imposées en liaison avec le conflit en Ukraine et l’annexion de la Crimée.