Coronavirus : La Chine utilise des lunettes connectées pour détecter les personnes à risque

HIGH-TECH Grâce à l’intelligence artificielle et une caméra thermique, cet appareil peut lire la température de toute personne située dans un rayon d’un mètre et envoyer une alerte en cas de fièvre

20 Minutes avec agence
— 
Des lunettes connectées (photo d'illustration)
Des lunettes connectées (photo d'illustration) — CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Les forces de l’ordre d’un quartier de Hangzhou (Chine) utilisent des lunettes intelligentes pour repérer les passants potentiellement contaminés par le coronavirus. Les officiers de sécurité d’Hongyuan Park sont en effet équipés de lunettes connectées fabriquées par la start-up chinoise Rokid. Les appareils utilisant l’intelligence artificielle sont capables de déterminer la température de toute personne dans un rayon d’un mètre, rapporte South China Morning Post ce jeudi.

Grâce à sa caméra thermique, le dispositif peut ainsi contrôler plusieurs centaines de personnes en seulement deux minutes, ont affirmé ses créateurs ce jeudi. En cas de température élevée lue par l’appareil, une alerte est envoyée aux autorités.

L’efficacité n’est pas assurée à 100 %

L’efficacité des lunettes, qui pèsent cent grammes, n’est cependant pas garantie, explique le média. L’appareil n’est en effet pas capable de repérer un patient déjà infecté mais ne présentant pas – ou pas encore – de symptômes. Il est par ailleurs susceptible de faire des erreurs. Enfin, l’objet connecté mesure la température de la peau des sujets et pas leur véritable température corporelle.

L’épidémiologiste Ben Cowling a d’ailleurs expliqué à Science que « les mesures destinées à repérer l’infection chez les voyageurs ne peuvent que retarder une épidémie locale, pas l’empêcher ». Rokid a de son côté indiqué avoir fourni depuis janvier plusieurs de ses lunettes intelligentes aux officiers de sécurité et à la police autoroutière de Hangzhou. Les forces de l’ordre des villes voisines de Huzhou et de Quzhou les utilisent également. Les appareils sont par ailleurs compatibles avec les programmes de reconnaissance faciale.