Coronavirus : L’Allemagne effectue désormais 500.000 tests par semaine

STRATEGIE L’Allemagne connaît l’un des taux de mortalité les plus faibles au monde avec 0,5 %, contre 5,2 % en France

20 Minutes avec AFP

— 

A Dresde, des soignants chargés d'orienter les malades.
A Dresde, des soignants chargés d'orienter les malades. — MATTHIAS RIETSCHEL / AFP / POOL

L'Allemagne a annoncé ce jeudi avoir augmenté le nombre de dépistages du Covid-19 à 500.000 par semaine. Selon les spécialistes, cette détection précoce aide en partie à maintenir le nombre des morts à un niveau relativement bas.

« La raison pour laquelle l’Allemagne compte si peu de décès par rapport au nombre des personnes infectées peut s’expliquer par le fait que nous faisons beaucoup de diagnostics en laboratoire », a expliqué au cours d’une conférence de presse Christian Drosten, un virologue de l’hôpital de la Charité à Berlin. « Nous effectuons un demi-million de tests chaque semaine en Allemagne », a-t-il précisé.

Un taux de mortalité parmi les plus faibles au monde

L’Allemagne, pourtant fortement touchée par la pandémie provoquée par le nouveau coronavirus avec actuellement officiellement 36.508 cas répertoriés, ne compte en revanche que 198 morts de la maladie. De fait, ce pays connaît l’un des taux de mortalité des personnes souffrant du Covid-19 les plus faibles au monde avec 0,5 % alors qu’il atteint 5,2 % en France et 7 % en Espagne par exemple.

Le directeur de la Charité, Heyo Kroemer, a quant à lui ajouté que l’Allemagne avait également commencé à effectuer des tests plus tôt que les autres pays touchés par la pandémie. Christian Drosten a en outre expliqué que l’important maillage de laboratoires sur tout le territoire allemand avait aussi facilité la prise de conscience rapide face au virus et la nécessité d’effectuer des tests de manière massive et le plus rapidement possible.

Le ministère allemand de la Recherche a dit vouloir débloquer une enveloppe de 150 millions d’euros pour soutenir la mise en place d’un réseau permettant d’améliorer davantage les échanges entre laboratoires et hôpitaux universitaires. Ce réseau aura aussi pour mission de compiler des données sur tous les patients atteints du Covid-19 afin d’avoir une vue d’ensemble de leurs antécédents médicaux et de leur constitution et d’aider à concevoir un vaccin.