Attentats de Christchurch : Le tueur des mosquées plaide coupable des 51 meurtres et de terrorisme

NOUVELLE-ZELANDE Brenton Tarrant est accusé d'avoir perpétré la plus grande tuerie de masse de l'histoire du pays

20 Minutes avec AFP

— 

Brenton Tarrant, l'auteur des attentats de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, où 51 personnes ont été tué, lors de son audience, le 16 mars 2019.
Brenton Tarrant, l'auteur des attentats de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, où 51 personnes ont été tué, lors de son audience, le 16 mars 2019. — Mark Mitchell / POOL / AFP

Il est apparu sur un écran de télévision, seul dans une salle de la prison d’Auckland. Brenton Tarrant, l’Australien accusé d’avoir tué 51 personnes l’année dernière dans deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a plaidé coupable pour tous les chefs d’accusation, a annoncé jeudi la police.

Il s’agit d’un revirement surprise, alors qu’il avait plaidé non-coupable l’an dernier. Cela signifie qu’il ne sera pas jugé lors d’un procès. Il connaîtra sa peine ultérieurement, une fois le confinement dû au coronavirus levé.

Pas de procès

« Oui, coupable », a déclaré Brenton Tarrant. Vêtu d’un haut gris, l’homme de 29 ans fixait le regard sur la caméra en faisant cette déclaration. Il avait jusqu’à présent toujours nié les 51 accusations de meurtre, les 40 accusations de tentative de meurtre et une autre accusation d’acte terroriste. Sans explication à ce stade, il a changé de position à l’issue d’une audience organisée à la hâte.

« Le plaider-coupable représente une étape très importante vers la finalisation de cette procédure pénale », a relevé le juge, précisant que l’audience de prononcé de la peine n’interviendrait que lorsque la pandémie du nouveau coronavirus sera terminée afin de « permettre aux victimes et à leurs familles de venir au tribunal en personne ».

Brenton Tarrant, suprémaciste blanc autoproclamé, est accusé d’avoir perpétré, en mars 2019, la plus grande tuerie de masse de l’histoire moderne de la Nouvelle-Zélande. Il avait diffusé en direct une vidéo de l’attaque sur les réseaux sociaux. Dans ce texte de 73 pages, intitulé « le Grand remplacement » une idéologie d’extrême droite, il avait expliqué vouloir s’en prendre à des musulmans.