Yémen : La guerre a eu un « impact dévastateur » sur la santé mentale des enfants, selon une ONG

CONFLIT Cinq après le début de la guerre, plus de la moitié des enfants interrogés dans le cadre d’une enquête ont déclaré se sentir « tristes et déprimés »

20 Minutes avec agences

— 

Un enfant regarde un camp de déplacés dans le district de Haradh, au Yémen, le 3 mars 2020.
Un enfant regarde un camp de déplacés dans le district de Haradh, au Yémen, le 3 mars 2020. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Cinq années de guerre au Yémen ont eu un « impact dévastateur » sur la santé mentale des enfants, dont beaucoup sont au bord de la dépression. C’est ce qu’indique une enquête publiée ce mardi de l’ONG Save the Children, qui a interrogé 1.250 enfants âgés de 13 à 17 ans, des parents mais aussi de soignants.

Ainsi, plus de la moitié des enfants ont déclaré se sentir « tristes et déprimés, plus d’un sur dix évoquant un sentiment permanent ». Environ un enfant sur cinq a expliqué « avoir toujours peur et de la peine ». Dans l’ensemble, 52 % des enfants ont dit ne pas se sentir en sécurité lorsqu’ils sont séparés de leurs parents et 56 % lorsqu’ils marchent seuls dehors.

Plus de 2.000 enfants tués ou mutilés depuis fin 2017

Le conflit au Yémen – qui a fait des dizaines de milliers de morts, essentiellement des civils selon des ONG – oppose les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran, aux forces loyales au gouvernement. Celui-ci est appuyé depuis 2015 par une coalition militaire menée par l’Arabie saoudite. Les groupes djihadistes Al-Qaïda et Etat islamique mènent par ailleurs des attaques dans le pays.

Depuis décembre 2017, au moins 2.047 enfants ont été tués ou mutilés lors des violences, selon Save the Children. Les enfants sont « terrifiés » et « ont trop peur de jouer dehors. Ils mouillent leurs draps quand ils entendent des avions au-dessus d’eux ou des bombes tomber », souligne la PDG de l’ONG, Inger Ashing, citée dans le rapport. « C’est ce que 5 ans de guerre ont fait à la santé mentale » de cette catégorie vulnérable de la population yéménite.

La menace du coronavirus

Par ailleurs, « la menace potentiellement dévastatrice d’une épidémie de coronavirus au Yémen rend plus importante (la) pression sur les parties en conflit pour qu’elles mettent fin à la guerre », a ajouté Inger Ashing. Pour l’heure, aucun cas de Covid-19 n’a été officiellement déclaré au Yémen, mais l’apparition du virus dans le pays pourrait mettre à rude épreuve les services de santé déjà dévastés par le conflit et aggraver la crise humanitaire.

Selon l’ONU, 10,3 millions d'enfants sont en situation d’insécurité alimentaire, dont 2,1 millions souffrent de malnutrition aiguë. Et près de 1,2 million de mineurs sont tombés malades du choléra, de la diphtérie ou de la dengue au cours des trois dernières années, d’après les chiffres du Cluster Santé, qui regroupe des ONG internationales et des agences des Nations unies.