Coronavirus : L’Algérie interdit les rassemblements et les marches pour lutter contre la propagation de l’épidémie

PANDEMIE Le président Abdelmadjid Tebboune a pris ces mesures alors que le pays est actuellement secoué par un mouvement de contestation inédit contre le pouvoir

20 Minutes avec agences

— 

Des manifestants algériens participent à une manifestation anti-gouvernementale dans la capitale Alger, le 27 décembre 2019.
Des manifestants algériens participent à une manifestation anti-gouvernementale dans la capitale Alger, le 27 décembre 2019. — Fateh Guidoum/PPAgency/SIPA

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a décrété ce mardi l’interdiction des rassemblements et des marches pour lutter contre la propagation du coronavirus, qui a fait cinq décès jusqu’à présent en Algérie. « L’épidémie qui se propage est une question sécuritaire et sanitaire nationale qui impose une restriction de certaines libertés temporairement », a déclaré le président dans un discours télévisé, en annonçant l’interdiction des rassemblements « quelles qu’en soient leurs formes et nature ».

L’Algérie est actuellement secoué par un mouvement de contestation inédit contre le pouvoir. De fait, face à la propagation du virus, les appels à suspendre les rassemblements de contestation s’étaient multipliés ces derniers jours. Plusieurs mouvements d’opposition ainsi que les associations étudiantes ont annoncé suspendre leur participation aux manifestations après un an de mobilisation ininterrompue.

Fermetures des frontières

Par ailleurs, Abdelmadjid Tebboune a également annoncé la fermeture des frontières terrestres et la suspension de toutes les liaisons aériennes et maritimes avec l’extérieur, à l’exception des transports de marchandises. Le Premier ministre Abdelaziz Djerad avait auparavant annoncé que l’Algérie et la Tunisie avaient convenu, d’un commun accord, de la « fermeture temporaire », à partir de mardi, de la frontière terrestre entre les deux voisins.

« Cette mesure tout à fait exceptionnelle et temporaire, qui prend effet à partir de ce jour, n’affectera nullement l’esprit d’amitié et de fraternité entre les peuples algérien et tunisien », a expliqué un communiqué de ses services.

Le président tente de rassurer

Le président Tebboune a aussi exhorté les Algériens à « s’impliquer pleinement dans la lutte contre la propagation de la maladie ». « L’Etat ne peut pas enrayer cette épidémie si le citoyen ne respecte pas les mesures préventives décidées par le ministère de la Santé », a-t-il plaidé.

Le président algérien a promis des sanctions contre toute personne qui diffuserait de fausses informations relatives au Covid-19 sur les réseaux sociaux « dans le but de semer la panique ». Abdelmadjid Tebboune – qui n’a pas évoqué de confinement pour le moment - a précisé que l’Algérie avait « en stock 6.000 tests » de dépistage et que 15.000 autres sont sur le point d’êtres acquis. « Nous avons plus de 2.500 lits de réanimation et nous pouvons augmenter ce nombre à 6.000 », a-t-il aussi assuré. L’Algérie s’est également résolue à fermer toutes les mosquées et les lieux de culte du pays et à interdire les prières collectives pour lutter contre la pandémie.