Coronavirus : Aux Etats-Unis, les craintes liées à la pandémie font augmenter les ventes d’armes à feu

BUSINESS Les acheteurs veulent notamment devancer d’éventuelles restrictions ou interdictions de vente d’armes à feu

20 Minutes avec agence
— 
Des Américains font la queue devant une boutique d'armes à feu à Burkank, le 17 mars 2020.
Des Américains font la queue devant une boutique d'armes à feu à Burkank, le 17 mars 2020. — Chelsea Lauren/REX/SIPA

Les ventes d’armes à feu aux Etats-Unis connaissent une forte augmentation alors que des mesures entrent en vigueur dans le pays pour lutter contre le coronavirus. Le phénomène concerne particulièrement les personnes achetant une arme de poing ou un fusil pour la première fois. Ainsi, 2,8 millions de vérifications obligatoires avant ce type d’acquisition ont été effectuées à travers le pays en février 2020, a indiqué le FBI, cité par Forbes ce mardi.

Ce chiffre représente une hausse de 36 % par rapport à février 2019, un pic jamais vu depuis 2016. Les boutiques spécialisées sont prises d’assaut et les longues files d’attente se multiplient pour y accéder. A Los Angeles, elles ont atteint les proportions de celles des magasins d’alimentation.

Rations alimentaires, gilets pare-balles, armes blanches…

Les retombées ne se sont pas fait attendre pour les professionnels du secteur malgré les chutes vertigineuses observées sur les marchés boursiers du monde entier. Les fabricants d’armes à feu Vista Outdoor, American Outdoor Brands et Sturm, Ruger & Co. ont vu la valeur de leurs actions respectivement augmenter de 7,86 %, 5,46 % et 3,6 % ce lundi.

Les Américains se sont également précipités sur le matériel militaire et de survie comme les rations alimentaires, les trousses de premiers secours, les gilets pare-balles et les armes blanches. Des vendeurs ont expliqué à Timeque les clients justifiaient leurs achats par la volonté de se protéger face à des individus que l’épidémie de Covid-19 pourrait rendre désespérés ou instables. D’autres s’approvisionnent dès maintenant en armes à feu par peur que certaines autorités locales n’en interdisent ou n’en limitent prochainement la vente.