Coronavirus : Couvre-feu, confinement, fermetures… Les Etats-Unis passent aux choses sérieuses

ACTU De nombreux Etats prennent des mesures restrictives, et la Maison-Blanche réfléchit à faire un chèque aux Américains pour soutenir l’économie

20 Minutes avec AFP

— 

La ville de San Francisco a annoncé des mesures de confinement pour les déplacements non essentiels entre le 17 mars et le 7 avril 2020.
La ville de San Francisco a annoncé des mesures de confinement pour les déplacements non essentiels entre le 17 mars et le 7 avril 2020. — Jeff Chiu/AP/SIPA
  • L’épidémie du Covid-19 se progage aux Etats-Unis, avec plus de 5.000 cas et 80 morts.
  • Plusieurs Etats et villes, notamment en Californie et à New York, ont pris des mesures restrictives.
  • Donald Trump, lui, a annoncé des mesures pour soutenir l’économie.

Rassemblements limités à dix personnes, premier couvre-feu imposé dans le New Jersey, confinement dans la région de San Francisco et probablement à New York : les Etats-Unis s’alignent sur les mesures drastiques prises par certains pays européens face au coronavirus.

Témoin de l’accélération des mesures : le président Donald Trump a recommandé lundi depuis la Maison-Blanche de limiter les rassemblements à 10 personnes, contre 50 dimanche encore, de fermer les écoles – déjà à l’arrêt dans des métropoles comme New York, Washington, Chicago ou Los Angeles –, de ne plus sortir dans les bars et restaurants et d’éviter les voyages non essentiels. Des chaînes comme Starbucks et McDonald’s sont passées exclusivement à la vente à emporter dans tout le pays.

San Francisco confinée, New York s’y prépare

Mardi à la mi-journée, le cap des 5.000 cas et 80 décès dus au Covid-19 a été passé aux Etats-Unis. L’épidémie progresse le plus vite à New York (814 nouveaux cas en vingt-quatre heures). L’Etat de Washington et la Californie devraient également passer le cap des 1.000 cas d’ici à mercredi.

Plusieurs Etats ou villes ont pris des mesures strictes de confinement. « A partir de minuit [mardi], San Francisco va demander aux gens de rester à la maison sauf pour les besoins essentiels », a tweeté London Breed, la maire de la ville américaine, avant de donner une conférence de presse.

Les supermarchés, épiceries, pharmacies, banques et stations-service vont rester ouverts, tandis que les restaurants pourront continuer à vendre des plats à emporter ou à livrer. Les bars, studios de gym et autres commerces non essentiels vont fermer jusqu’au 7 avril. Cette décision avait déjà été prise pour les écoles et les grands rassemblements la semaine dernière. Des décrets similaires ont été adoptés dans les cinq comtés voisins, tout autour de la baie, y compris la Silicon Valley. Environ 7 millions de personnes sont concernées.

A New York, le gouverneur de l’Etat, Andrew Cuomo, a assuré qu’une telle mesure n’était pas au programme, mais le maire de la ville a demandé aux habitants de s’y préparer, indiquant que des mesures pourraient être prises d’ici à jeudi. Le New Jersey a aussi été le premier Etat américain à annoncer lundi un couvre-feu (après le territoire de Porto Rico) entre 20 h et 5 h pour les déplacements non essentiels. En Floride, plusieurs villes ont annoncé la fermeture de certaines plages, bondées ces derniers jours par les vacanciers malgré les appels à la distanciation sociale.

Un chèque pour les Américains ?

L’administration Trump et la banque centrale américaine ont redoublé d’efforts mardi, en annonçant des aides massives pour porter un secours financier immédiat aux entreprises et aux ménages les plus touchés. Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, « travaille avec le Sénat et la Chambre des représentants sur un programme [d’aide] audacieux et très important », a annoncé Donald Trump lors d’une conférence de presse.

Après avoir tardé à réagir, l’hôte de la Maison-Blanche s’est vanté que ce plan serait inédit. « Je ne crois pas avoir vu quelque chose de similaire auparavant », a-t-il commenté. « Nous étudions la possibilité d’envoyer de l’argent directement aux Américains », a indiqué Donald Trump. Steven Mnuchin n’a pas révélé le montant de ce plan d’aide alors que la presse américaine a évoqué quelque 850 milliards de dollars.