Algérie : Des manifestants toujours déterminés malgré le coronavirus

MOBILISATION Depuis plus d’un an, des Algériens se rassemblent chaque semaine pour protester contre le régime en place. L'épidémie ne les démotive pas

20 Minutes avec AFP

— 

Des manifestants algériens, le 13 mars 2020 à Alger.
Des manifestants algériens, le 13 mars 2020 à Alger. — RYAD KRAMDI / AFP

Malgré le risque lié à l’épidémie de Covid-19, des milliers de personnes se sont rassemblées dans les rues d’Alger pour manifester leur opposition au régime. C’est le 56e vendredi consécutif de mobilisation du mouvement de protestation populaire («Hirak ») en Algérie.

Les manifestants algérois, certes moins nombreux que les semaines passées mais toujours aussi déterminés, se sont rassemblés sous le mot d’ordre : « Le coronavirus ne nous fait pas peur », a constaté un journaliste de l’AFP. « Vendredi 56e. Le coronavirus n’arrêtera pas le peuple à poursuivre la révolution pacifique jusqu’à la libération de l’Algérie », peut-on lire sur une pancarte.

Rassemblements politiques et culturels annulés

Certains militants posent toutefois la question, sur les réseaux sociaux du moins, d’une pause dans les manifestations. « Notre Hirak est solide, c’est pas une " trêve " pour se préserver du virus qui le menacera de disparaître. Donc soyons responsables et prenons nos précautions », plaide ainsi une internaute.

L’Algérie, où 26 cas de nouveau coronavirus ont été recensés à ce jour, a enregistré ce jeudi ses deux premiers décès. Les autorités avaient décidé mardi d’annuler tous les rassemblements politiques, culturels et sportifs, afin de prévenir la propagation du Covid-19. Mais les protestataires ont pu défiler vendredi après-midi dans le centre de la capitale sous la surveillance de policiers, tous munis de masques de protection.

« Plus déterminés que jamais »

Quelques manifestants en portent. L’un d’entre eux, Sid Ahmed Hadji, médecin dans un hôpital public, estime qu'« il ne faut pas verser dans l’alarmisme ». « Nous ne sommes pas à l’abri d’une contagion mais cela ne va pas nous empêcher de poursuivre notre combat », a déclaré ce quinquagénaire à l’AFP. Pour l’avocat Noureddine Benissad, un des ténors du barreau d’Alger, qui défend des « hirakistes », « les Algériens sont dehors, plus déterminés que jamais. Tant que la flamme est allumée, l’espoir est toujours là ».

Des marches du « Hirak », réunissant du monde malgré les craintes de contagion, ont eu lieu également en province, notamment à Oran et Mostaganem (nord-ouest), selon les réseaux sociaux.

Après avoir obtenu la démission du président Abdelaziz Bouteflika en avril, les contestataires continuent d’exiger le changement du « système » en place depuis l’indépendance en 1962.