Russie : Une féministe menacée de prison pour des images de sexes féminins

JUSTICE La jeune femme est assignée à résidence depuis novembre en attendant son procès pour une série des dessins de vulves

20 Minutes avec AFP

— 

Une manifestation féministe à Saint Petersburg, le 8 mars 2019. (Illustration)
Une manifestation féministe à Saint Petersburg, le 8 mars 2019. (Illustration) — OLGA MALTSEVA / AFP

L’artiste russe Ioulia Tsvetkov risque la prison pour « diffusion de pornographie », après avoir publié sur Internet des dessins de vulves afin de dénoncer les tabous sur le corps féminin en Russie.

La jeune femme de 26 ans, assignée à résidence depuis novembre, attend son procès pour cette série de publications sur une page du réseau social russe Vkontakte qu’elle avait baptisée « Les Monologues du vagin ». Dessins, borderies, sculptures représentant des sexes féminins et des clitoris… Ces publications qui pourraient lui valoir entre deux et six ans de prison.

Des accusations de « pornographie » pour réprimander des militants

La militante féministe, qui vit en Extrême-Orient russe, a reçu le soutien de l’ONG Amnesty International mi-février, qui a dénoncé des accusations « absurdes ». Pour Ioulia Tsvetkova, cette attention portée à son cas est importante, car dans son entourage certains l’estimaient responsable de ses déboires. La réaction d’Amnesty « confirme que mon affaire avait des motivations politiques », affirme-t-elle. Selon elle, les autorités commencent à utiliser les accusations de « pornographie » pour réprimander des militants, notamment ceux de la communauté LGBT.

Avec deux avantages : ce motif est facile à invoquer devant la justice, et il est puni de longues peines de prison. En comparaison, la législation russe condamnant la « propagande homosexuelle » envers les mineurs, souvent utilisée pour interdire des Gay Prides, prévoit une peine maximale de 15 jours d’emprisonnement. En Russie, où les autorités se targuent de défendre les « valeurs traditionnelles », l’homophobie reste latente.

« Je ne me fais pas d’illusions : j’ai très peu de chance »

Les déboires judiciaires de Ioulia Tsvetkova sont multiples. Depuis fin 2019, elle a été poursuivie deux fois pour « propagande homosexuelle » auprès des mineurs. La première après un spectacle pour enfants critiquant les stéréotypes sexistes ; la deuxième pour avoir publié un dessin montrant deux couples du même sexe en compagnie d’enfants. L’artiste dirigeait également un centre culturel organisant des lectures et des pièces de théâtre pour jeune public, qu’elle a dû fermer l’an dernier sous la pression des autorités.

A Moscou, son affaire lui a valu le soutien de féministes lors d’une manifestation organisée le 8 mars pour la journée de lutte pour les droits des femmes. L’artiste attend le début de procès, à une date encore non définie. Interdite de quitter son domicile, elle souffre de douleurs dentaires mais ne peut se rendre chez le dentiste. « En regardant le taux de condamnation en Russie (très élevé), je ne me fais pas d’illusions : j’ai très peu de chances », conçoit-elle. « Mais je ne peux rester assise tous les jours à pleurer sur mon triste avenir. J’essaye de croire à un miracle ».