Affaire Epstein : Le prince Andrew « a fermé la porte » à toute coopération, estime la justice américaine

ENQUETE Le prince Andrew est accusé par l’une des femmes recrutées par Jeffrey Epstein, de l’avoir forcée à avoir des relations sexuelles avec lui alors qu’elle était mineure

20 Minutes avec AFP

— 

Le prince Andrew
Le prince Andrew — Ferrari / Starface

Alors que l’enquête sur le défunt financier Jeffrey Epstein, accusé de trafic de mineures, se poursuit, le prince Andrew, lui aussi mis en cause, a « fermé la porte à toute coopération » avec la justice américaine, a déclaré le procureur fédéral de Manhattan, ce lundi.

Alors qu’il avait déclaré publiquement qu’il se tenait à disposition de la justice américaine, « le prince Andrew a complètement fermé la porte à une coopération volontaire », a estimé le procureur Geoffrey Berman en marge d’un point de presse.

Le prince Andrew plongé dans la tourmente

Le procureur, qui avait déjà fin janvier publiquement accusé le prince de ne pas coopérer, a ajouté que son bureau, réputé pour compter les enquêteurs les plus agressifs de la justice fédérale américaine, « examinait les options » possibles au vu de cette situation. Inculpé en juillet 2019 de multiples agressions sexuelles par le procureur fédéral de Manhattan, le financier Jeffrey Epstein s’est pendu dans sa cellule le 10 août, à New York. Le prince Andrew, un ami de Jeffrey Epstein, s’est retrouvé plongé dans la tourmente fin 2019.

Le second fils de la reine Elisabeth II, 60 ans, a été accusé par l’Américaine Virginia Giuffre, une des femmes recrutées par le financier défunt, de l’avoir forcée à avoir des relations sexuelles avec lui alors qu’elle était mineure. Le duc d’York, connu pour priser la compagnie de la jet-set, l’a démenti et s’est défendu dans une calamiteuse interview à la BBC en novembre, qui a précipité sa chute. Il a dû démissionner de ses fonctions officielles et publiques.