La Grande-Bretagne durcit la loi sur la prostitution

SOCIETE Les clients pourront être poursuivis pour viol et les maisons closes fermées par la police...

Maud Descamps

— 

 
  — no credit

Les Britanniques y réfléchiront à deux fois avant de se payer les faveurs d'une prostituée. La secrétaire à l'Intérieur, Jacqui Smith, a annoncé ce mercredi que toute personne qui paiera une prostituée victime d'un réseau de traite en échange de relation sexuelle, pourra être poursuivie pour viol. De quoi calmer les ardeurs de certains clients. Il faut savoir que selon la police britannique, 70% des 80. 000 de Grande-Bretagne sont sous le contrôle de trafiquants.

Le racolage sera également passible de poursuites, a déclaré Jacqui Smith sur la BBC. Des annonces moins strictes que prévu. Puisque l'«achat et la vente de relations sexuelles» reste légal. Par contre le proxénétisme et le racolage sont, eux, illégaux comme cela est déjà le cas en France. Un petit pas en avant pour la Grande-Bretagne qui durcit sa législation sans toutefois rendre la prostitution illégale.

Un message fort vers les «acheteurs de sexe»

La secrétaire à l'Intérieur a également annoncé que la police sera en mesure de demander la fermeture de maisons closes. «Nous voulons envoyer un message très clair et pousser les hommes à réfléchir deux fois avant de payer en échange de sexe», a déclaré Jacqui Smith. «Nous voulons tout faire pour protéger les femmes vulnérables», a de son côté souligné le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

La prostitution est tolérée dans de nombreux pays. Cette tolérance peut aller de la légalisation totale, à l'interdiction supposée, en passant par des réglementations diverses comme au Danemark. En France, le législateur se refuse à statuer sur la prostitution, car cela reviendrait à l'organiser. La prostitution n'est donc ni légale ni illégale dans l'hexagone, mais elle est tolérée.