Réfugiés : la situation en Grèce est un « défi européen » pour Ursula Von der Leyen

MIGRANTS La présidente de la Commission a reconnu que la Turquie était « dans une situation difficile », mais « ce que nous voyons maintenant ne peut être la réponse et la solution »

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers anti-émeutes grecs prêts à «accueillir» un groupe de migrants sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 2 mars 2020.
Des policiers anti-émeutes grecs prêts à «accueillir» un groupe de migrants sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 2 mars 2020. — Alexandros Michailidis/AP/SIPA

« Le défi que doit relever la Grèce est un défi européen », a déclaré Ursula von der Leyen. La présidente de la Commission européenne a ainsi tenu ce lundi à soutenir la Grèce, confrontée à l’afflux de réfugiés.

« La Grèce a notre entier soutien », a ajouté celle qui va se rendre mardi à la frontière gréco-turque avec les présidents du Conseil et du Parlement européens, Charles Michel et David Sassoli. Elle s’apprête à y rencontrer le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis.

Pour le maintien de l’accord migratoire de 2016

A propos de la décision vendredi d’Ankara d’ouvrir ses frontières avec l’Europe et de laisser passer les réfugiés afin d’obtenir un appui occidental en Syrie, la présidente de la Commission a reconnu que la Turquie était « dans une situation difficile en ce qui concerne les réfugiés et les migrants ». « Mais ce que nous voyons maintenant ne peut être la réponse et la solution », a-t-elle poursuivi.

« Il y a un accord en place, auquel nous nous tenons », a ajouté Ursula von der Leyen, évoquant ainsi le pacte migratoire conclu en 2016 avec la Turquie. Elle a déclaré s’être entretenue vendredi au téléphone avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, sans donner davantage de détails.

Alerte « maximale » en Grèce

La Grèce s’est placée dimanche en état d’alerte « maximale » pour protéger ses frontières face à l’afflux de milliers de migrants vers son territoire et a annoncé que toute nouvelle demande d’asile serait suspendue pour ceux y entrant illégalement.

Le commissaire européen à la Gestion des crises Janez Lenarcic doit quant à lui se rendre « dans les prochains jours » à Gaziantep, dans le sud-est de la Turquie, pour examiner la situation des réfugiés.