Coronavirus : Au Japon, des rumeurs de ruptures de stocks provoquent une ruée sur le papier-toilette et les mouchoirs

CORONAVIRUS Le gouvernement et les fabricants assurent que les circuits d’approvisionnement ne sont pas perturbés par l’épidémie de coronavirus

Mathias Cena
— 
Illustration de rouleaux de papier-toilette.
Illustration de rouleaux de papier-toilette. — Kaytie Boomer/AP/SIPA

« Merci de n’acheter qu’un article par famille », prie une pancarte au-dessus de plusieurs rayons et palettes vidés de leur contenu, dimanche dans un supermarché du centre de Tokyo. Comme les masques hygiéniques depuis quelques semaines, le papier toilette et les mouchoirs en papier sont devenus ces derniers jours des denrées rares dans les commerces japonais, provoquant des files de clients devant les magasins avant l’ouverture et des flambées des prix sur Internet.

Mais alors que depuis quelques semaines les circuits d’approvisionnement en masques protecteurs sont effectivement perturbés par l’épidémie de coronavirus, la ruée vers les autres produits en papier est plutôt à attribuer à des craintes des consommateurs attisées par des rumeurs sur les réseaux sociaux, qui provoquent des vagues d’achats « par précaution », voire dans l’optique de spéculer sur la pénurie. Vendredi, les mots « papier toilette » étaient en tête des « trending topics » sur Twitter au Japon.



« La rupture de stock de produits en papier est une fausse rumeur », clament des affiches dans les rayons vides d’un magasin de Kagoshima (sud du Japon).

Le gouvernement appelle les consommateurs « à la sérénité »

Sur son site Internet, le ministère de l’Economie nippon met en garde contre les informations en ligne faisant état de ruptures de stock de papier toilette et de mouchoirs. Le Premier ministre Shinzo Abe a lui appelé les consommateurs « à la sérénité » dans leurs achats, lors d’une conférence de presse samedi. « Il y a largement assez de stocks de papier toilette et de mouchoirs en papier pour assurer l’approvisionnement », a réagi dans un communiqué l’Association japonaise du papier, qui regroupe des fabricants de produits dérivés. L’organisation précise que ces produits sont fabriqués pour la plupart au Japon et assure que le coronavirus n’aura pas d’effet sur la production, qui ne dépend pas de matières premières importées de Chine.

« Des produits sont temporairement indisponibles en rayons, mais ça ne veut pas dire qu’il y a un problème général d’approvisionnement », a déclaré de son côté un responsable de l’Association japonaise des chaînes de magasins à la télévision publique NHK. « Acheter 10 ou 20 boîtes des produits dont on n’achète qu’un ou deux exemplaires habituellement est non seulement inutile, mais cela incite les autres à en faire autant en provoquant la panique et une rupture de stock temporaire », regrette-t-il.

Comme pour les masques, les rayons vides des magasins provoquaient sur Internet une flambée des prix de ces produits. Alors que la plupart des produits aux tarifs habituels étaient épuisés dimanche sur le site Amazon Japon, un lot de cinq boîtes de mouchoirs vendu 298 yens (2,50 euros) en magasin était affiché à plus de dix fois ce prix.