Procès Weinstein : Reconnu coupable de viol et d’agression sexuelle, l’ex-producteur risque vingt-cinq ans de prison

JUSTICE Harvey Weinstein risque vingt-cinq ans de réclusion et sera fixé sur sa peine le 11 mars, mais ses avocats ont déjà annoncé leur intention de faire appel

P.B. avec AFP

— 

Harvey Weinstein à son arrivée au tribunal de Manhattan, le 24 février 2020.
Harvey Weinstein à son arrivée au tribunal de Manhattan, le 24 février 2020. — Seth Wenig/AP/SIPA

Harvey Weinstein va dormir en prison. Lundi, le producteur déchu a été jugé coupable d’agression sexuelle au premier degré (sous la contrainte) et de viol au troisième degré par un jury de Manhattan. Il a toutefois été acquitté de la charge la plus grave (comportement sexuel « prédateur ») qui était passible de la perpétuité. Harvey Weinstein risque vingt-cinq ans de prison et sera fixé sur sa peine le 11 mars. En attendant, le juge a ordonné son placement en détention, et Weinstein a quitté la salle d’audience menotté.

« Harvey est déçu mais il est fort, il a encaissé comme un homme, le combat n’est pas terminé », a déclaré son avocate Donna Rotunno. « C’est très difficile d’avoir un procès équitable », a-t-elle continué, confirmant que son équipe allait faire appel.

Le jury de sept hommes et cinq femmes a rendu son verdict après cinq jours de délibérations, et un mois d’un procès ultramédiatisé, emblématique du mouvement #MeToo. Tout au long de la semaine dernière, les jurés ont demandé que leur soient relus plusieurs témoignages car ils ne parvenaient pas à s’accorder sur un verdict à l’unanimité sur la charge la plus grave.

« Une nouvelle ère pour la justice »

Le mouvement Time’s Up s’est félicité d’un verdict marquant « une nouvelle ère pour la justice ». « Le verdict du jury envoie un puissant message au monde sur l’ampleur des progrès accomplis depuis que les femmes qui sont sorties du silence contre Weinstein ont déclenché un mouvement qui ne s’arrêtera pas. »

Le procureur de Manhattan, lui, a estimé lundi que les six femmes qui ont témoigné contre Harvey Weinstein et les deux femmes procureures en charge du dossier avaient « changé le cours de l’histoire ». « Un viol est un viol qu’il soit commis par un inconnu dans une ruelle sombre, ou par un partenaire dans une relation intime », a-t-il souligné devant les journalistes. « C’est un viol même s’il n’y a aucune preuve matérielle et si ça s’est passé il y a très longtemps. »

Pour Harvey Weinstein, le procès à New York était le premier, mais sans doute pas le dernier : en janvier, il a été inculpé à Los Angeles pour deux autres agressions sexuelles.