Droits humains : Le chef de l’ONU dénonce « des niveaux alarmants de féminicides »

VIOLENCES Antonio Guterres a également alerté sur la crise climatique, « la plus grande menace pour la survie de notre espèce »

20 Minutes avec AFP

— 

Des femmes manifestent contre les féminicides à Ciudad Juarez au Mexique, le 26 janvier 2020.
Des femmes manifestent contre les féminicides à Ciudad Juarez au Mexique, le 26 janvier 2020. — HERIKA MARTINEZ / AFP

Répression, trafics d’êtres humains, violences contre les femmes… Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a dressé ce lundi un sombre état des lieux des droits humains dans le monde, évoquant notamment des « niveaux alarmants de féminicides ».

Antonio Guterres s’est inquiété de voir des « reculs des droits des femmes, des niveaux alarmants de féminicides, des attaques contre les défenseurs des droits des femmes, et la persistance de lois et de politiques qui perpétuent la soumission et l’exclusion ». « La violence contre les femmes et les filles est la violation des droits humains qui se répand le plus », a-t-il souligné à l’ouverture de la session annuelle du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève.

« Les peurs progressent »

D’un autre côté, « les lois répressives se multiplient, avec des restrictions de plus en plus grandes pour les libertés d’expression, de religion, de participation, de réunion et d’association », a ajouté Antonio Guterres. « Les journalistes, les défenseurs des droits humains et les militants écologistes – tout particulièrement les femmes – font l’objet de menaces croissantes, au moment même où leur engagement est indispensable à l’exercice de la justice », a-t-il ajouté.

« Les droits de l’Homme font face à des défis croissants », a lancé Antonio Guterres, en ajoutant « qu’aucun pays n’est à l’abri » face à cette dérive. « Les peurs progressent » et « les droits de l’Homme sont attaqués » de partout, a-t-il ajouté, en appelant la communauté internationale à « l’action » pour renverser cette tendance.

La crise climatique au cœur des enjeux

Le secrétaire général de l’ONU n’a cité aucun pays en particulier dans son discours, même s’il a fait des allusions à des situations comme le conflit en Syrie ou le sort des migrants voulant se rendre en Europe. Il a ainsi souligné le cas « des civils piégés dans des enclaves dans des régions ravagées par la guerre, affamés et bombardés en dépit du droit international », et dénoncé les « trafics d’êtres humains, qui affectent toutes les régions du monde ».

Les nouvelles technologies « ont certes permis à la société civile de mieux s’organiser, mais elles ont également donné aux autorités des moyens inédits pour contrôler les allées et venues de chacun et restreindre les libertés », a poursuivi le chef de l’ONU. « La crise climatique est la plus grande menace pour la survie de notre espèce et met d’ores et déjà en danger les droits humains aux quatre coins de la planète », a-t-il ajouté.