Auschwitz appelle Amazon à ne plus vendre des livres de propagande nazie

ANTISÉMITISME L’année dernière, la Lituanie avait également appelé Amazon à ne plus proposer des produits à référence soviétique en ligne

20 Minutes avec agences

— 

Amazon, illustration
Amazon, illustration — Yichuan Cao/Sipa USA/SIPA

Le musée d’Auschwitz a appelé le milliardaire américain du commerce en ligne Jeff Bezos à retirer de la vente sur sa plateforme Amazon les livres antisémites pour enfants, datant de l’époque nazie. « La propagande nazie haineuse et antisémite virulente est mise en vente non seulement sur @AmazonUK », a tweeté ce vendredi soir le mémorial d’Auschwitz sur son compte officiel.

« Des livres d’auteurs comme Julius Streicher peuvent également être trouvés sur@amazon &@AmazonDE. Ces livres devraient en être supprimés immédiatement. |@JeffBezos@AmazonHelp », peut-on lire dans le message qui reproduit aussi des captures d’écran des livres mis en vente sur le site.

La Lituanie s’oppose aux symboles soviétiques

Parmi eux, un livre pour enfants antisémite intitulé « Le champignon vénéneux » rédigé par le membre du parti nazi Julius Streicher, sorti initialement en 1938. Le livre est disponible sur Amazon dans la version originale en allemand (Der Giftpilz), mais aussi en anglais, français et espagnol.

L’année dernière, la Lituanie a appelé Amazon à cesser de vendre en ligne des produits à référence soviétique. Le pays affirmait que le symbole du marteau et de la faucille offensait les victimes du communisme totalitaire.

75e anniversaire de la libération d’Auschwitz-Birkenau

Au cours des 18 derniers mois, Amazon a retiré notamment plusieurs livres d’auteurs d’extrême droite, notamment David Duke, ancien chef du Ku Klux Klan, et George Lincoln Rockwell, fondateur du parti nazi américain, selon le New York Times. Des survivants de l’holocauste sont retournés en janvier sur le site de l’ancien camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau pour marquer le 75e anniversaire de sa libération et mettre en garde contre une recrudescence des attaques antisémites.

L’Allemagne nazie a créé ce camp de la mort après avoir occupé la Pologne, au début de la Seconde Guerre mondiale. Plus d’un million de Juifs de toute l’Europe et 100.0000 non-Juifs ont été assassinés.