Maroc : Des milliers de personnes défilent à Casablanca contre la situation économique du pays

PAUVRETE Les manifestants et manifestantes attendent une « vraie démocratie »

20 Minutes avec AFP

— 

Le roi du Maroc, Mohamed VI. (archives)
Le roi du Maroc, Mohamed VI. (archives) — BARRY/PAPIXS/SIPA

Quelques milliers de personnes ont défilé dimanche dans les rues de Casablanca, la capitale économique du Maroc, pour dénoncer les inégalités sociales, demander la libération des « détenus politiques » et lancer un appel pour une « vraie démocratie ». La manifestation était organisée par le Front social marocain (FSM), un collectif récemment créé regroupant quatre partis de gauche, des organisations syndicales comme la Confédération démocratique du travail (CDT) et des associations, comme l’AMDH, qui se concentre sur les droits humains.

Il n’a pas été possible d’obtenir de chiffres sur la mobilisation, ni auprès des organisateurs ni auprès des autorités. « C’est la première manifestation du Front social marocain pour dire stop aux politiques antisociales et antidémocratiques, stop aux dégradations des droits humains, stop aux politiques qui ont abouti à la dégradation du pouvoir d’achat », a déclaré Ali Boutwala, un des membres du bureau national du FSM.

Chômage, coût de la vie…

Les manifestants ont protesté avec force contre le chômage, le coût élevé de la vie, les défaillances des services publics tout en demandant « la libération de tous les détenus politiques », à commencer par ceux du Hirak. Ce mouvement social qui a agité le nord du pays en 2016-2017 s’est éteint après une vague d’arrestations qui a débouché sur de lourdes condamnations judiciaires pour le noyau dur de la contestation. « Vive le peuple », a scandé la foule en reprenant un titre contestataire de rap devenu très populaire après la condamnation d’un de ses auteurs pour « insulte à la police », fin 2019.