Coronavirus : Deux ex-passagers du paquebot au Japon sont décédés...

EPIDEMIE Revivez les derniers événements autour de l’épidémie du nouveau coronavirus

L. C, R. G.-V et M.A

— 

Un avion de ressortissants français évacués de Chine en raison de l'épidémie de coronavirus
Un avion de ressortissants français évacués de Chine en raison de l'épidémie de coronavirus — Hector RETAMAL / AFP

L’ESSENTIEL

  • Le cap des 2.000 morts et mortes du coronavirus en Chine a été franchi cette nuit. 74.185 personnes ont été atteintes en Chine continentale, environ 900 autres dans le monde.
  • L’Organisation mondiale de santé se veut néanmoins rassurante : hors de la province centrale du Hubei, la maladie « touche une très petite proportion de la population », avec un taux de mortalité d’environ 2 %.
  • Au Japon, les passagers du paquebot Diamond Princess commencent à quitter le navire après leur quarantaine.

VIDEO

 

9h30 : Merci de nous avoir suivi sur ce live et bonne journée.

9h15 : Manque à gagner d’environ 300 millions d’euros pour Schneider Electric

Le spécialiste des équipements et solutions pour l’énergie a évalué ce jeudi à 300 millions d’euros le manque à gagner sur son chiffre d’affaires du premier trimestre en raison de l’épidémie de coronavirus qui paralyse l’activité industrielle en Chine.

7h30 : Air France-KLM annonce entre 150 et 200 millions d’euros le manque à gagner

Cette perte estimée est due à la suspension des vols du groupe vers la Chine de février à avril, en raison de la propagation du Covid-19, a annoncé ce jeudi le groupe.

« Sous l’hypothèse d’une reprise progressive des opérations à partir d’avril, l’impact estimé du Covid-19 sur le résultat d’exploitation est de -150 à -200 millions d'euros entre février et avril », a détaillé le groupe dans un communiqué. Il a indiqué avoir relevé des « coefficients de réservation long-courrier en baisse entre février et mai » qui aboutiront à un repli des recettes unitaires au premier trimestre.

5h02 : Le nombre de nouveaux cas en Chine au plus bas depuis près d’un mois

La Chine a annoncé jeudi un nombre quotidien de nouveaux cas de contamination au plus bas depuis près d’un mois. Le pays a indiqué que le nombre de personnes infectées par le virus dépasse désormais les 74.500. L’épidémie a par ailleurs fait 114 morts de plus en Chine continentale au cours des dernières 24 heures, portant le total à 2.118.

Les autorités provinciales ont fait état jeudi de 628 nouvelles contaminations. Mais elles ont également annoncé que 279 personnes comptées dans un premier temps comme contaminées avaient finalement été déclarées négatives. En clair, cet ajustement est synonyme d’une augmentation quotidienne « nette » de 349 cas par rapport au total de la veille au niveau provincial. La Commission nationale de la santé a expliqué cette actualisation du nombre de cas dans le Hubei par le fait que certains patients, d’abord comptabilisés comme « confirmés » sur la base de simples radios pulmonaires, avaient depuis subi un test de dépistage ayant révélé qu’ils n’avaient pas contracté la maladie Covid-19.

4h21 : Décès de 2 malades provenant du paquebot au Japon

Deux malades issus du paquebot en quarantaine au Japon sont décédés, ont rapporté les médias japonais jeudi. Une femme et un homme octogénaires qui avaient été contaminés sont morts, ont rapporté la chaîne de télévision publique NHK et d'autres médias.

La confirmation de cette information par le ministère de la Santé n'a pu être obtenue dans l'immédiat. Il s'agirait des premiers cas mortels parmi les plus de 600 porteurs confirmés du virus sur le navire de croisière. Ces deux octogénaires souffraient d'affections préexistantes et avaient été évacués du bateau les 11 et 12 février, a précisé la NHK.

0h53 : 108 morts de plus dans la province chinoise du Hubei

L’épidémie a fait 108 morts de plus dans la province du Hubei, portant à 2.112 le nombre total de décès en Chine continentale, ont annoncé jeudi les autorités sanitaires locales. La plupart des décès ont été recensés à Wuhan, la capitale de cette province du centre de la Chine où l’épidémie avait démarré en décembre, selon le décompte quotidien de la Commission de la santé du Hubei. Un total de 615 nouvelles contaminations ont été signalées à Wuhan et 13 dans le reste de la province, un chiffre en très nette baisse par rapport à mercredi (1.693 nouvelles personnes infectées dans le Hubei).

22h35 : McLaren prend des mesures spéciales face à l’épidémie

L’écurie de Formule 1 McLaren a pris des mesures spéciales pour faire face à l’épidémie de coronavirus, interdisant notamment à toute personne s’étant récemment rendue en Chine d’entrer dans son motor-home lors des essais hivernaux de F1 à Barcelone, a indiqué mercredi un de ses porte-parole.

Un journaliste chinois en provenance de Shanghai s’est notamment vu refuser mercredi l’accès à « l’hospitalité » de l’équipe britannique sur le circuit de Montmelo où ont débuté des essais en vue de la saison de F1 qui commencera le 15 mars en Australie.

Les autorités qui régissent la F1 avaient annoncé la semaine dernière le report à une date non précisée du Grand Prix de Chine prévu initialement le 19 avril en raison de cette épidémie qui a déjà fait plus de 2.000 morts dans ce pays.

 

20h41 : Un nouveau rapatriement de Chine pour « quelques dizaines » de Français

« Quelques dizaines » de Français vont être rapatriés en fin de semaine de Chine et seront mis en quarantaine dans un lieu encore à déterminer, a annoncé mercredi le Directeur général de la santé Jérôme Salomon. Ce quatrième vol de rapatriement est attendu vendredi et l’hébergement des rapatriés, « dans un village vacances, est en cours d’organisation », a indiqué le numéro 2 du ministère de la Santé lors d’une conférence de presse.

« Comme pour les trois premiers vols, il ne s’agit que de personnes ne présentant aucun symptôme, il y aura à bord la présence d’une équipe d’assistance médicale », a-t-il ajouté. Ces rapatriés seront confinés pendant 14 jours et testés deux fois pour s’assurer qu’ils ne sont pas infectés.

20h12: Des scientifiques publient une carte moléculaire du coronavirus

Des scientifiques américains ont publié, ce mercredi dans la revue Science, la première carte atomique en trois dimensions de la partie du coronavirus qui infecte les cellules humaines, une étape importante pour le développement de traitements et de vaccins.

Une équipe de chercheurs de l'université du Texas à Austin et des Instituts nationaux de santé (NIH) a eu recours à une technologie appelée cryo-microscopie électronique (distinguée par le Nobel de chimie en 2017) afin de modéliser la partie du virus qui s'attache aux cellules, des pointes appelées protéines de spicule.

«La pointe est l'antigène que nous voudrions introduire chez les humains pour déclencher de façon préventive la production d'anticorps par le système immunitaire, afin qu'il soit prêt à répondre à une attaque le jour où le vrai virus arrive», explique Jason McLellan, le scientifique qui a mené l'étude. Leur structure moléculaire est désormais disponible pour les chercheurs du monde entier.

19h33 : Ça chauffe en Ukraine

Des dizaines d’Ukrainiens ont protesté, ce mercredi, contre l’arrivée de plusieurs dizaines de personnes évacuées de Chine. Un avion transportant 48 Ukrainiens et 29 ressortissants de pays tiers depuis Wuhan, ville chinoise et épicentre de cette maladie, est attendu en Ukraine jeudi matin.

Tous les arrivants seront placés en quarantaine pendant 14 jours dans une des quatre structures sanitaires sélectionnées à cette fin, a indiqué le gouvernement, qui ne dévoile pas leurs noms en raison des protestations, ni même l’aéroport qui accueillera l’avion. Mercredi, plusieurs dizaines d’Ukrainiens ont bloqué la route menant vers un hôpital dans la ville de Vynnyky, dans l’ouest du pays, afin de protester contre un éventuel envoi des évacuées.

18 h 10 : Faut-il craindre une propagation de l’épidémie en Afrique ?

Et si le danger n’était pas circonscrit à la Chine, mais risquait de prendre une ampleur démultipliée si la maladie débarquait en Afrique ? Depuis qu’un premier cas sur le continent africain a été annoncé le 14 février, les autorités sanitaires mondiales s’inquiètent quant à la capacité des pays africains à faire face à une éventuelle épidémie. Notre journaliste santé Oihana Gabriel s'est penchée sur le sujet, son article est à lire ici.

17 h 47 : Le coronavirus fait deux morts en Iran

Deux personnes âgées iraniennes sont décédées du coronavirus, a rapporté mercredi l’agence officielle Irna, quelques heures après avoir fait état des deux premiers cas avérés en Iran de contamination par cette épidémie.

« Malheureusement, tous deux sont décédés dans une unité de soins intensifs du fait de leur âge avancé et d’un système immunitaire défaillant », écrit Irna en citant Kianouche Jahanpour, porte-parole du ministère de la Santé.

17h20 : Soyez rassurés

Le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, a indiqué ce mercredi au Sénat qu’il n’y avait pas aujourd’hui d’alerte « rouge » concernant d’éventuelles ruptures de stocks de médicaments liées à l’épidémie.

Répondant au sénateur Yves Daudigny (Aisne, PS), le ministre a expliqué qu’il était en contact permanent avec l’agence du médicament ANSM pour surveiller « tous les signaux d’alerte potentiels pour certaines ruptures de stocks ». « La Chine fait face à une épidémie qui met en jeu parfois les sites de production. Pour l’instant, il n’y a aucun signal d’alerte qui soit passé au rouge », a-t-il assuré.

« Ce n’est pas une démarche nationale, c’est une démarche européenne et même mondiale », a ajouté le ministre, précisant qu’il aborderait ce sujet jeudi avec ses homologues ministres de la Santé du G7. « On ne peut pas être dépendants à 90 %, pour les médicaments, de pays comme la Chine, l’Inde, le Pakistan », a encore estimé le ministre. « Il faut que nous ayons retrouvé la souveraineté européenne en la matière. »

16 h 10 : La Russie ferme ses frontières aux Chinois

Plus aucun ressortissant chinois ne pourra entrer en Russie à partir de jeudi. Cette mesure exceptionnelle, annoncée mardi soir par un décret laconique, durcit le régime déjà très strict destiné à empêcher la propagation du Covid-19.

Officiellement, la Russie n’a plus de malades du nouveau coronavirus sur son territoire depuis la sortie d’hôpital la semaine dernière des deux seuls patients, des ressortissants chinois.

Moscou avait déjà fermé ses quelque 4.250 km de frontières avec la Chine, coupé les liaisons ferroviaires pour les trains de passagers et restreint le nombre des vols vers des villes chinoises. Désormais, les Chinois ne pourront plus que transiter via la Russie, et la compagnie aérienne Aeroflot est la seule à desservir la Chine.

« Quand la situation sera meilleure, ces mesures seront ajustées et même retirées », a commenté le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang, précisant que des « mesures telles que l’enseignement en ligne » allaient être mises en place par la Russie pour les étudiants chinois concernés.

En 2019, 2,3 millions de citoyens chinois sont entrés en Russie, dont 1,5 million de touristes et plus de 320.000 pour des voyages d’affaires. Les Chinois sont le premier groupe touristique de Russie.

15h30 : L’OMS salue d'« énormes progrès »

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est félicitée ce mercredi des « énormes progrès » effectués dans la gestion de l’épidémie de nouveau coronavirus depuis son apparition en décembre en Chine.

« Nous avons fait d’énormes progrès en peu de temps », a affirmé le directeur des mesures d’urgence en Méditerranée orientale, Richard Brennan, lors d’une conférence de presse du bureau régional de l’OMS en Egypte. « On arrive à diagnostiquer le virus partout maintenant » et des « systèmes sanitaires efficaces » ont été mis en place, a dit Ahmed al-Mandhari, directeur régional de l’OMS.

Toutefois, il est « encore trop tôt pour dire que le virus a été endigué », a nuancé le Dr. Brennan. « Il n’y a aucune preuve que (le virus) ait été produit en laboratoire ou comme arme biologique », a-t-il ajouté, faisant allusion à certaines rumeurs selon lesquelles le virus aurait été conçu par l’homme.

15 h 20 : Le FMI s’inquiète pour l’économie mondiale

L’épidémie du nouveau coronavirus intervient dans le contexte d’une économie mondiale déjà fragile qui n’est pas forcément bien armée pour la combattre si elle s’étend dans le temps et l’espace, a averti ce mercredi la directrice du Fonds monétaire international (FMI).

« L’incertitude est devenue la nouvelle norme », a souligné Kristalina Georgieva dans un billet de blog, publié avant la réunion des ministres des Finances du G20 les 22 et 23 février à Riyad, en Arabie Saoudite. Et le coronavirus « représente l’incertitude la plus pressante (…). C’est un rude rappel de la manière dont un redressement (économique) fragile peut être menacé par des évènements imprévisibles », a-t-elle ajouté.

Le FMI avait légèrement abaissé en janvier ses dernières prévisions de croissance mondiale, tablant encore sur une petite accélération par rapport à l’an passé (+3,3 %, contre +2,9 % en 2019) grâce notamment à l’accord entre les Etats-Unis et la Chine.

14 h 20 : Deux premiers cas de coronavirus en Iran

Deux personnes ont été testées positives ce mercredi au nouveau coronavirus, a indiqué le ministère iranien de la Santé iranien, une première dans la République islamique. Un porte-parole du ministère, Kianoush Jahanpour, a précisé que les deux cas avaient été détectés dans la ville sainte de Qom, située à 150 km au sud de Téhéran.

Ailleurs dans le monde, environ 900 personnes contaminées ont été recensées dans une trentaine de pays. Au Moyen-Orient, les Emirats arabes unis ont été le premier pays à rapporter des cas de porteurs du virus le mois dernier.

13 h 20 : Les derniers passagers du Westerdam débarqués

Plusieurs dizaines de touristes qui étaient restés bloqués sur un navire de croisière américain après qu'on eût découvert qu'une passagère débarquée auparavant était porteuse du coronavirus, ont débarqué ce mercredi au Cambodge, ont constaté des journalistes de l'AFP. Ils ont tous été testés négatifs au virus, a déclaré un responsable cambodgien.

Le Westerdam s'apprête à quitter le port de Sihanoukville (sud), avec plus de 700 membres d'équipage à bord. Les examens les concernant sont encore en cours.

11 h 20 : Comment s’organise le Japon face à l’épidémie ?

Le débarquement à Yokohama des passagers du Diamond Princess a démarré ce mercredi. Pointé du doigt pour sa gestion de l’épidémie, le gouvernement japonais a pris plusieurs mesures pour tenter de limiter la propagation. Les autorités ont notamment appelé les citoyens à éviter les trains bondés, une consigne difficile à appliquer pour nombre d’employés. Notre journaliste à Tokyo Mathias Cena vous raconte comment le Japon s’organise, dans cet article.

11 h 05 : 79 nouveaux cas sur le Diamond Princess

Des tests ont révélé 79 cas supplémentaires de contamination par le nouveau coronavirus à bord du navire de croisière Diamond Princess, a annoncé ce mercredi le ministère japonais de la Santé, portant le total à 621.

Ce chiffre est diffusé le jour où un premier groupe de passagers a quitté le bateau après avoir enduré 14 jours de quarantaine et obtenu un résultat de test négatif.

Les 3.711 personnes embarquées sur ce navire battant pavillon britannique avaient été mises en quarantaine au large du Japon le 5 février, après que le coronavirus eut été détecté sur un passager qui avait été débarqué à Hong Kong.

10 h 54 : Liberté de la presse

Le gouvernement chinois a annoncé ce mercredi qu’il retirait leur carte de presse à trois journalistes du Wall Street Journal (WSJ) accrédités en Chine en raison du titre d’une tribune que Pékin a jugé raciste.

Les trois journalistes, deux Américains, Josh Chin et Chao Deng, et un Australien, Philip Wen, ont cinq jours pour quitter le pays, a souligné le quotidien américain. Il s’agit d’une des mesures les plus radicales prises par le régime communiste à l’encontre d’un média étranger depuis des années. En pleine épidémie de pneumonie virale, Pékin a très mal pris une tribune du 3 février titrée : « La Chine est le véritable homme malade de l’Asie » ( à lire ici, en anglais).

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a expliqué mercredi devant la presse que ce titre était « empreint de discrimination raciale » et « sensationnaliste ». Il a reproché au WSJ de ne pas avoir présenté les excuses que Pékin réclamait.

La Chine a dans le même temps jugé « inacceptables » les nouvelles règles -annoncées mardi- imposées par Washington aux médias publics chinois aux Etats-Unis, désormais assimilés à des missions diplomatiques car considérés comme des organes de propagande.

10 h 17 : Des pharmacies surfent sur l’épidémie

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, certaines pharmacies proposent de pseudo-traitements préventifs à leurs clients inquiets, a constaté notre journaliste à Marseille Jean Saint-Marc. Ces propositions, rares, sont critiquées au sein de la profession. Son reportage est à lire ici.

10 h 09 : Une baisse temporaire de CO2 grâce au Coronavirus ?

En Chine, des restrictions de circulation ont été mises en place pour endiguer l’épidémie et de nombreuses usines restent à l’arrêt ou ne fonctionnent qu’au ralenti. Résultat : la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre auraient chuté de 100 millions de tonnes par rapport à la même période de l’an dernier, selon une étude diffusée mercredi par le site spécialisé Carbon Brief.

Sur les deux dernières semaines (du 3 au 16 février), les émissions de CO2 approchent 300 millions de tonnes, selon l’étude, réalisée par les experts du Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA) basé en Finlande. Or, sur les deux semaines suivant les congés du Nouvel an en 2019, le pays avait émis 400 millions de tonnes. Cela représente 6 % des émissions mondiales sur la période, note l’étude.

Mais selon le cabinet BloombergNEF, les émissions chinoises pourraient augmenter sur l’année en raison du plan attendu de relance économique des autorités, à grands coups de chantiers d’infrastructures très énergivores. « Quand l’épidémie aura reflué, il est probable qu’on constate une «pollution de rétorsion», avec des usines maximisant leur production pour compenser leurs pertes après leur fermeture prolongée », a indiqué Li Shuo, porte-parole de Greenpeace Chine.

10 h 00 : Où en est l’épidémie ?

Depuis plus d’un mois, chaque jour, les informations s’enchaînent sur cette nouvelle épidémie de coronavirus qui vient de Chine. L’épidémie est-elle contenue ? Quel est son bilan de mortalité, et où en sont les recherches sur des traitements et vaccins ? Notre journaliste santé Oihana Gabriel répond aux questions que vous vous posez sûrement sur le Covid-19.

9 h 01 : Répression

Xu Zhiyong, militant des droits de l’homme, et Xu Zhangrun, intellectuel de renom, ont été arrêtés en Chine, nous apprend Le Monde. Les deux étaient plus ou moins recherchés pour des manifestations ou des écrits critiques envers le régime. Dernièrement ils ont critiqué la gestion de la crise du coronavirus.

8 h 35 : A priori, pas de sommet Europe-Chine

Deux sommets UE-Chine avaient été annoncés fin décembre 2019 lors de la visite à Bruxelles du ministre des Affaire étrangères chinois Wang Yi. Le président du Conseil Charles Michel, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen et le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrell avaient prévu de se rendre à Pékin les 30 et 31 mars, mais ce déplacement à été abandonné à cause de l’épidémie de coronavirus, ont indiqué à l’AFP deux sources européennes informées des préparatifs de ce sommet.

L’information n’a pas été confirmée de source officielle. L’ambassadeur de Chine auprès des institutions européennes à Bruxelles Zhang Ming a pour sa part assuré mardi que le sommet de mars était maintenu.

8 h 29 : Libre commerce feat. Épidémie

Face à l’épidémie, Pékin a annoncé mardi une exemption de droits de douane punitifs qu’il imposait dans le cadre de sa guerre commerciale avec Washington sur certains produits médicaux américains. Des équipements utilisés pour la transfusion de patients ou mesurer la pression artérielle seront ainsi exemptés à partir du 2 mars.

8 h 08 : Robot

Basée à Toronto, l’entreprise BlueDot a développé un algorithme qui passe en revue des centaines de milliers d’articles de presse chaque jour et des données du trafic aérien afin de détecter et suivre les risques de propagation de maladies infectieuses. Dans le cas du nouveau coronavirus chinois, BlueDot a envoyé à ses clients des alertes dès le 31 décembre, soit quelques jours avant les premières communications officielles des grandes agences de santé publique. Elle a aussi correctement prédit dans quels pays le virus risquait de se propager.

« Ce que nous essayons de faire, c’est de repousser les limites de l’utilisation et l’analyse des données et de la technologie afin d’aller plus vite », explique, dans un entretien à l’AFP, Kamran Khan, le fondateur et PDG de BlueDot. « Face à une épidémie, la gestion du temps est essentielle. »

7 h 46 : Baisse de l’augmentation

Le nombre de contaminations en Chine continentale a atteint mercredi 74.185, soit 1.749 de plus que la veille, la plus faible hausse en un mois. Ailleurs dans le monde, environ 900 personnes contaminées ont été recensées dans une trentaine de pays.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) se veut rassurante : hors de la province centrale du Hubei, épicentre de l’épidémie, la maladie "touche une très petite proportion de la population", avec un taux de mortalité d’environ 2 %.

7 h 37 : Début de la fin

Ce n’est pas encore le grand ouf pour les passagers et passagères du « Diamond Princess » au Japon. Environ 500 personnes devraient débarquer mercredi. Pour cela, elles doivent avoir réalisé un test négatif au coronavirus, ne pas présenter de symptômes, ne pas avoir eu de contact avec une personne testée positive et avoir achevé leur période de quarantaine. Une fois dehors, elles ne subiront aucune restriction à leurs mouvements. Le débarquement devrait se poursuivre durant plusieurs jours, les personnes étant testées négatives au coronavirus pouvant progressivement être évacuées.

7 h 30 : Nouveau bilan

2.004 personnes sont mortes des suites d’une infection au coronavirus, d’après le dernier bilan chinois officiel. Seules cinq personnes ailleurs dans le monde, dont une en France.

Bonjour ! Vous êtes, comme tous les jours, les bienvenues sur ce nouveau live de 20 Minutes sur l’épidémie du nouveau coronavirus. Toutes les infos importantes sont ici !