Burkina Faso : 24 personnes tuées dans une attaque contre une église protestante

TERRORISME Un groupe armé terroriste serait à l’origine de cette attaque perpétrée dimanche

20 Minutes avec AFP

— 

Une patrouille de soldats au Burkina Faso en direction d'un camp de réfugiés, le 3 février 2020.
Une patrouille de soldats au Burkina Faso en direction d'un camp de réfugiés, le 3 février 2020. — AFP

Au moins 24 personnes ont été tuées et 18 blessées lors de l’attaque djihadiste perpétrée dimanche contre une église protestante dans le village de Pansi, dans le nord du Burkina Faso, a annoncé ce lundi le gouverneur de la région du Sahel, le colonel Salfo Kaboré.

« Le bilan provisoire fait état de 24 personnes assassinées, dont le pasteur d’une église protestante. Nous déplorons également 18 blessés et des personnes enlevées », a écrit le colonel Kaboré, dans un communiqué. Un précédent bilan faisait état d’au moins dix tués.

« Un groupe armé terroriste a perpétré une attaque contre une église dans le village de Pansi au moment où des fidèles célébraient le culte de dimanche », a déclaré à l’AFP une source sécuritaire.

4.000 personnes tuées en 2019

Le 10 février, un groupe djihadiste avait fait irruption dans la ville de Sebba, avant d’enlever sept personnes dans le domicile d’un pasteur. Trois jours plus tard, cinq personnes dont le pasteur ont été retrouvées mortes, tandis que les deux autres, des femmes, ont été retrouvées saines et sauves, selon le gouverneur de la région du Sahel.

Plusieurs imams ont également été assassinés par des djihadistes dans le nord du Burkina depuis le début des attaques il y a quatre ans. Ces attaques sont devenues de plus en plus fréquentes et meurtrières.

Ces attaques dans ce pays frontalier du Mali et du Niger, ont fait environ 750 morts et 600.000 déplacés depuis 2015. Selon l’ONU, 4.000 personnes ont été tuées en 2019 dans des attaques djihadistes dans ces trois pays.