Burkina Faso: Cinq personnes retrouvées mortes après leur enlèvement

TERRORISME Les victimes sont essentiellement des membres de la famille d’un pasteur qui figure parmi les victimes tout comme son fils

20 Minutes avec AFP

— 

Des soldats burkinabé le 3 février 2020.
Des soldats burkinabé le 3 février 2020. — AFP

Les violences ne faiblissent pas au Burkina Faso. Cinq personnes dont un pasteur, enlevées mardi par un groupe terroriste à Sebba, localité située dans le nord du pays, ont été retrouvées mortes, a annoncé vendredi le colonel Salfo Kaboré, gouverneur de la région du Sahel. « Dans la nuit du 10 au 11 février, aux environs de 23h, un groupe armé terroriste a fait irruption dans la ville de Sebba, province du Yahgha, pour s’attaquer à deux domiciles », selon lui.

Plus de 700 morts depuis 2015

Cette incursion avait causé dans un premier temps « le décès d’une personne », « l’enlèvement de sept autres, de même que d’un véhicule et divers matériels », précise le colonel. « Les forces de défense et de sécurité ont immédiatement engagé des recherches qui ont permis de retrouver dans la matinée du jeudi 13 février 2020 deux des personnes enlevées. La suite des recherches a malheureusement abouti à la découverte des corps sans vie de cinq autres personnes recherchées ». Selon une source sécuritaire, « les personnes enlevées et retrouvées mortes sont essentiellement des membres de la famille d’un pasteur qui figure parmi les victimes tout comme son fils ». Les corps ont été inhumés jeudi.

Le Burkina Faso, frontalier du Mali et du Niger, est le théâtre d’attaques djihadistes régulières depuis 2015 avec plus de 700 morts. Le nord et l’est du pays sont particulièrement touchés et Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises. Sous-équipées et mal entraînées, les forces de sécurité burkinabées n’arrivent pas à enrayer la spirale de violences malgré l’aide de militaires étrangers, notamment de la force française Barkhane.