Vatican : Le pape a reçu l’ancien président brésilien Lula

ENTRETIEN « Les acquis par la lutte disparaissent à cause des intérêts financiers », a expliqué l’ancien chef d’État brésilien

20 Minutes avec agences

— 

Le pape François le 5 décembre 2019.
Le pape François le 5 décembre 2019. — Giuseppe Ciccia / SOPA Images/Si

Le pape François s’est entretenu ce jeudi avec l’ancien président brésilien Lula, une rencontre à titre privé au cours de laquelle les deux hommes ont parlé inégalité, pauvreté et protection de l’environnement. Leur discussion a duré près d’une heure et n’a été suivie d’aucune communication officielle de la part du Saint-Siège au vu de son caractère privé.

« La raison de ma visite était de parler avec le pape de sujets comme les inégalités et la défense d’une bonne politique envers l’environnement », a expliqué Luiz Inacio Lula da Silva lors d’une conférence de presse, depuis le siège romain de la Confédération générale italienne du travail (CGIL).

« Injustice » et le « crime », en Amazonie

« Tout le monde sait que le monde est de plus en plus affecté par les inégalités. Que dans la plupart des pays, les travailleurs perdent de leurs droits », a poursuivi l’ancien dirigeant brésilien, âgé de 74 ans. « Les acquis par la lutte disparaissent à cause des intérêts financiers ».

Il a précisé que le président brésilien Jair Bolsonaro, qui a pris ses fonctions le 1er janvier 2019, et la situation en Amazonie n’avaient pas fait partie des sujets abordés avec le souverain pontife, dont il a dit avoir lu le récent plaidoyer sur l’Amazonie dans lequel il dénonce « l’injustice » et le « crime » semés par les entreprises qui dévastent ce territoire.

Lula est sorti de prison en novembre

Pour pouvoir se rendre au Vatican, Lula avait dû demander à la justice brésilienne un report d’un interrogatoire prévu à l’origine ce mardi, qui a été finalement décalé à mercredi prochain. Lula doit rentrer au Brésil ce vendredi.

Il est sorti de prison en novembre, après une peine d’un an et demi, dans l’attente du jugement en appel d’une condamnation à huit ans et dix mois de réclusion pour corruption et blanchiment d’argent. Lors de son bref séjour en Italie, Lula a également rencontré plusieurs responsables syndicaux ainsi que des dirigeants du Parti démocrate au pouvoir dans une coalition.