Les étudiant(e)s d'Oxford désapprouvent le catch entre femmes nues sur un sol huileux

BASTON Ils vont boire une bière dans leur bar préféré et tombent sur deux amazones en string qui se roulent sur une bâche enduite de sauce. Inacceptable. Ils appellent la police...

M.Gr.

— 

Entraînement de catch féminin.
Entraînement de catch féminin. — DR

Il ne faut pas pousser. Les étudiant(e)s d’Oxford ont beau apprécié le Kukui un nightclub qui est aussi un de leurs QG, cette fois le patron a été trop loin.

En arrivant au Kukui la semaine dernière pour descendre quelques pintes, ils tombent nez à nez avec un show du meilleur goût. Deux amazones en string se battent sur une bâche recouverte d’une étrange texture, entre la sauce soja et de la gelée royale. «Elle avait un mini T-Shirt au début, mais elles se le sont arrachés», racontera un témoin.

>>>> Les photos de cette soirée très particulière sont ici.

Ce combat de catch enduit de vaseline, histoire de rendre la compétition plus serrée, était accompagné d’une démonstration d’une fétichiste avec un serpent.

Les étudiants d’Oxford sont soufflés, surtout que la semaine de l’égalité des sexes, organisée par le syndicat étudiant de l'université d'Oxford, doit commencer dans quelques jours. Ils appellent la police locale qui met fin aux frétillements des combattantes topless et à la démonstration de la madame au python de 12 pieds de long.

«Tout le monde commençait vraiment à être mal à l’aise»

«C’est inacceptable pour un organisateur de soirées d’utiliser les femmes d’une telle façon, déplore Rachel Cummings, la vice présidente de la confédération étudiante, au site internet de la fac. De tels actes avilissent les femmes dans une ville où elles ont combattu pendant des décennies pour avoir le droit d’être reconnu comme des individus autonomes.»

Un jeune diplômé raconte que c’était vraiment «étrange, tout le monde commençait vraiment à être mal à l’aise au fur et à mesure du spectacle, excepté un petit groupe autour des filles». Pour un autre étudiant, ce fut clairement la «nuit la plus glauque de l’année».

La loi n’a pas été enfreinte

Une enquête a été ouverte par la police, mais elle n’a finalement pas engagé de poursuites contre le propriétaire du Kukui club, dotée d’une capacité de 800 places.

«On a regardé les photos de ce qui s’est passé et observé la licence de la discothèque, qui permet toute sorte de chose, et notamment la danse et la lutte. Ils n’ont pas contrevenu à la loi», a déclaré Tony Cope, en charge des investigations.

Une autre soirée de ce type a été néanmoins annulée dans un autre bar d’Oxford. Dans un flyer sur Facebook, le Kukui recommandait aux fêtards de s’habiller en gothique pour la soirée. Les catcheuses ont rapidement tombé la chemise noire.