Marseille : Un ex-responsable islamiste interpellé fin janvier était présent en France grâce à un visa Erasmus

SECURITE Il se présentait comme « un chercheur en sécurité et terrorisme, spécialisé sur la Syrie »

J.S.-M. avec AFP

— 

Des combattants du groupe Jaich al-Islam, en août 2015, non loin d'Alep. (archives)
Des combattants du groupe Jaich al-Islam, en août 2015, non loin d'Alep. (archives) — Z. Al-Rifai / Aleppo Media Centre / AFP
  • Madji Mustafa Nema (ou Nameh), interpellé le 29 janvier à Marseille, était entré en France grâce à un visa court séjour et dans le cadre du programme Erasmus.
  • Il a été mis en examen depuis pour
    « actes de tortures et complicité », « crimes de guerre » et « complicité de disparitions forcées ».

Majdi Mustafa Nema* se présentait en ligne comme « un chercheur en sécurité et terrorisme, spécialisé sur la Syrie. » Cet homme de 31 ans, arrêté en plein cœur de Marseille le 29 janvier, était entré en France grâce à un « visa court séjour délivré sur la base d’un dossier complet, après interrogation des services ministériels compétents », selon la porte-parole du Quai d’Orsay.

En clair : Majdi Mustafa Nema a réussi à s’inscrire à l’Institut de recherche sur le monde arabe et musulman (Iremam) de l’Université Aix Marseille, grâce au programme « Erasmus Plus » et avec un visa en règle. Cet homme, aussi connu sous le nom d’Islam Allouche, est pourtant l’ancien haut responsable d’un groupe salafiste syrien, Jaich al-Islam. La justice française accuse Majdi Mustafa Nema « d’actes de torture et complicité », de « crimes de guerre » et de « complicité de disparitions forcées. » Il a été mis en examen le 31 janvier.

Le groupe Jaich al-Islam est notamment soupçonné de l’enlèvement en 2013 de l’avocate et journaliste syrienne Razan Zeitouneh, son mari Waël Hamada et deux de ses collaborateurs.

Le directeur de l’Iremam ne connaissait pas son passé

Comment a-t-il pu échapper à la vigilance des autorités françaises et s’inscrire dans un institut qui relève du CNRS ? Après les printemps arabes, « des centaines de jeunes activistes de ces pays ont reconverti le capital politique acquis dans leurs années militantes dans des projets d’études ou de recherche en sciences sociales », a expliqué à l’AFP Richard Jacquemond, directeur de l’Iremam, ajoutant qu’il ne connaissait pas le passé de Majdi Mustafa Nema.

L’obtention d’un visa est notoirement complexe, a-t-il souligné, donc lorsqu’un candidat l’obtient, « je considère que les services consulaires ont fait leur travail », ajoute-t-il. Il s’agit, selon lui, de « profils très intéressants parce qu’ils peuvent nous apporter une connaissance de première main ».

Une affaire « surprenante » selon une ONG

Mais Chris Doyle, directeur du Council for Arab British Understanding (Caabu) à Londres, relève que le Syrien s’était vu refuser l’entrée d’une grande université britannique et s’étonne de l’absence en France des vérifications d’usage.

« Combien de personnes comme lui essayent (…) d’entrer dans l’Union européenne et de commencer une nouvelle vie d’universitaires, malgré un passé opaque sur ce qu’ils ont fait au front ? », s’est-il interrogé, joint lui aussi par l’AFP.

C’est la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) qui a signalé le 10 janvier dernier la présence de Majdi Mustafa Nema en France à la justice. Son avocate estime qu’il est « pour le moins surprenant » qu’un tel individu ait obtenu un visa.

* Son nom de famille peut aussi s’orthographier Nameh.