Somalie : L’invasion de criquets pousse le gouvernement à déclarer l'« urgence nationale »

RISQUE DE FAMINE Les essaims, qui totalisent plusieurs milliards d’insectes – un phénomène historique –, s’attaquent aux cultures et au fourrage

20 Minutes avec agences

— 

Des criquets faisant partie d'un immense essaim, capturés ici au Kenya début février 2020.
Des criquets faisant partie d'un immense essaim, capturés ici au Kenya début février 2020. — Ben Curtis/AP/SIPA

Une invasion de criquets a poussé la Somalie à déclarer l'« urgence nationale » ce dimanche. « La recrudescence actuelle des criquets pèlerins […] constitue une menace majeure pour la fragile situation de la sécurité alimentaire » du pays, a indiqué le ministère de l’Agriculture dans un communiqué.

La Somalie est le premier pays à se mobiliser au niveau national contre ces essaims de criquets affamés. Leur apparition, liée selon des experts aux variations climatiques extrêmes, menace l’approvisionnement alimentaire dans l’une des régions les plus pauvres et les plus vulnérables du monde.

Contenir les essaims avant les récoltes d’avril

Des essaims de criquets d’une ampleur historique – plusieurs milliards d’insectes – dévastent depuis des semaines la Corne de l’Afrique, alors que la région est déjà frappée par une sécheresse et des inondations. « Les sources de nourriture pour les personnes et leur bétail sont menacées », a ajouté le ministère de l’Agriculture, expliquant que les criquets pèlerins s’attaquent aux cultures et au fourrage.

En déclarant l’urgence nationale, le gouvernement somalien veut concentrer les efforts et collecter des fonds afin de contenir les essaims avant les récoltes prévues en avril. Les épais nuages de criquets se sont répandus depuis l’Ethiopie et la Somalie jusqu’au Kenya. Selon l’Agence des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO), un seul de ces essaims a couvert une surface de 2.400 km² (la taille du Luxembourg), au Kenya.