Coronavirus : Tests « négatifs » pour les rapatriés du deuxième vol qui présentaient des symptômes

EPIDEMIE Sur les 250 personnes à avoir atterri en France dimanche, en provenance de la Chine, vingt passagers, présentant des symptômes du coronavirus, étaient restés sur le tarmac en attente de tests

20 Minutes avec AFP

— 

Un avion de ressortissants français évacués de Chine en raison de l'épidémie de coronavirus
Un avion de ressortissants français évacués de Chine en raison de l'épidémie de coronavirus — Hector RETAMAL / AFP

Les tests menés sur une vingtaine de rapatriés arrivés dimanche de Wuhan, épicentre de l’épidémie du coronavirus, et présentant des « symptômes », se sont révélés « négatifs », a annoncé lundi sur BFMTV Adrien Taquet, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Santé.

« Tous ces tests négatifs »

« Tous ces tests se sont révélés négatifs et donc toutes ces personnes-là ont pu rejoindre les centres que ce soit à Aix ou à Carry » où ils vont rester en quarantaine pendant 14 jours, a-t-il indiqué.

Cet avion a atterri dimanche, à 14h30, sur la base militaire d’Istres. Ce vol, le second du genre mené par la France dans le cadre des opérations de rapatriement d’étrangers en pleine épidémie de coronavirus, avait à son bord 250 personnes, essentiellement originaire de l’Union européenne.

Parmi eux, une vingtaine de passagers étaient restés sur le tarmac de l’aéroport dans l’attente d’un test, car ils présentaient des symptômes de contamination au coronavirus, avait annoncé la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Le coronavirus, désormais plus meurtrier que le Sras

Le rapatriement des étrangers de Chine se poursuit alors que le bilan faisait état, dimanche, de 361 morts, dont 57 décès supplémentaires lors de la seule journée de dimanche. Il y a désormais en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao) plus de morts dus à ce coronavirus qu’à l’épidémie de Sras (syndrome respiratoire aigu sévère), qui y avait fait 349 victimes en 2002-2003.

Le bilan quotidien de 57 morts est également le plus lourd depuis le début de l’épidémie en décembre.

Le virus a en outre fait un mort pour la première fois en dehors de Chine : un Chinois de 44 ans originaire de Wuhan qui a succombé aux Philippines, avait annoncé dimanche matin l’OMS.