Proche-Orient : Israël répond par des tirs de missiles et des tirs de roquette à Gaza

TENSIONS Le plan de paix de Donald Trump, ultra-favorable à Israël, a ravivé les tensions dans la région

20 Minutes avec AFP

— 

Le cratère d'un missile israélien à Gaza, le 31 janvier.
Le cratère d'un missile israélien à Gaza, le 31 janvier. — Adel Hana/AP/SIPA

L’armée de l’air israélienne a bombardé dans la nuit de samedi à dimanche des cibles du Hamas dans la bande de Gaza en représailles à de nouveaux tirs de projectiles depuis l’enclave palestinienne vers le sud d’Israël, a indiqué l’armée. Le ministère de la Défense israélien, qui contrôle les points de passage vers la bande de Gaza, a par ailleurs annoncé la suspension des livraisons de ciment à l’enclave palestinienne et la suppression « jusqu’à nouvel ordre » de 500 permis d’entrée commerciaux en Israël, depuis l’enclave.

Depuis l’annonce mardi par le président américain Donald Trump de son plan pour un règlement du conflit israélo-palestinien, des roquettes, obus et ballons incendiaires ont été tirés quasi quotidiennement depuis la bande de Gaza sur des secteurs du sud d’Israël, limitrophes de la bande de Gaza, provoquant des ripostes israéliennes. Les Palestiniens ont rejeté le plan américain qui prévoit entre autres l’annexion par Israël de vastes régions de la Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Pas de victimes

Le dernier tir de roquette, samedi soir, a obligé le chef du parti « Bleu-Blanc », Benny Gantz, principal rival du Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu pour l’élection du 2 mars, en campagne dans le sud d’Israël, à se réfugier avec son équipe dans un abri, ont rapporté les médias locaux. Les frappes israéliennes ont été menées dans la nuit de samedi à dimanche par « des avions et des hélicoptères de combat qui ont visé des cibles terroristes du Hamas dans le nord de la bande de Gaza », selon un communiqué de l’armée.

Parmi ces cibles figure « une infrastructure souterraine (…) comprenant un bâtiment utilisé comme salle d’opérations », précise le texte. Ces frappes n’ont pas fait de victime, selon des sources de sécurité du Hamas, le mouvement islamiste palestinien au pouvoir à Gaza. Une trêve est actuellement en vigueur entre le mouvement Hamas et Israël. Depuis 2008, trois guerres ont opposé Israël et le Hamas dans la bande de Gaza soumise à un blocus israélien.