Séisme en Turquie : Des internautes visés par des enquêtes pour « provocation »

ENQUETE Le bureau du procureur d’Ankara a accusé les internautes visés par les enquêtes de « générer de la panique, de la peur et de l’inquiétude » parmi la population

20 Minutes avec AFP

— 

Un séisme de magnitude 6,8 s'est produit à Elazig, dans l'Est de la Turquie, le 24 janvier 2020.
Un séisme de magnitude 6,8 s'est produit à Elazig, dans l'Est de la Turquie, le 24 janvier 2020. — Ali Haydar GOZLU / AFP

Un procureur turc a ouvert lundi des enquêtes contre 50 personnes accusées d’avoir partagé des « contenus provocateurs » au sujet du puissant séisme qui a fait des dizaines de morts vendredi dans l’est de la Turquie, ont rapporté des médias turcs.

Le bureau du procureur d'Ankara a accusé les internautes visés par les enquêtes de « générer de la panique, de la peur et de l’inquiétude » parmi la population et d'« insulter les organes et les institutions de la République de Turquie et le peuple turc ».

« Vent de panique sur les réseaux sociaux »

Il leur est notamment reproché d’avoir partagé de fausses images en lien avec le séisme sur les réseaux sociaux, selon les médias. Samedi, le ministre turc de l’Intérieur Süleyman Soylu avait mis en garde les « provocateurs », indiquant que des enquêtes seraient ouvertes contre quiconque chercherait à créer un « vent de panique sur les réseaux sociaux ».

Le séisme de magnitude 6,7 qui a frappé vendredi soir la province d’Elazig a fait 41 morts et plus de 1.600 blessés, selon le dernier bilan fourni par les autorités lundi. Les autorités en outre ont décidé de verser une aide équivalente à quelque 6.200 euros aux familles dont les maisons ont été détruites ou sévèrement endommagées dans le séisme.

A la recherche de survivants

Lundi matin, des milliers de secouristes continuaient de fouiller les décombres d’immeubles effondrés à la recherche de survivants, alors que les autorités ont précisé qu’environ 2.000 logements étaient « dans un état critique ».

La Turquie est située dans une des zones sismiques les plus actives du monde. En 1999, un séisme de magnitude 7,4 avait frappé le nord-ouest du pays, faisant plus de 17.000 morts, dont un millier à Istanbul.