Un Japonais expulsé de Russie pour avoir tenté d’obtenir des « documents secrets »

ESPIONNAGE Accusé de « tentative d’espionnage », il s’était vu donner 72 heures pour quitter le pays

20 Minutes avec AFP

— 

Moscou indique avoir convoqué un diplomate japonais pour lui signifier sa protestation (illustration)
Moscou indique avoir convoqué un diplomate japonais pour lui signifier sa protestation (illustration) — Kirill Kudryavtsev AFP

Un citoyen japonais a été expulsé en décembre de Russie pour avoir tenté d’obtenir des « documents secrets » sur l’armée russe, a annoncé lundi Moscou, qui indique avoir convoqué un diplomate japonais pour lui signifier sa protestation.

Selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères, ce citoyen japonais, disposant d’un visa de presse, a été arrêté le 25 décembre à Vladivostok, en Extrême Orient russe, alors qu’il « tentait d’obtenir des documents secrets sur le potentiel militaire russe » dans la région, frontalière du Japon.

« Tentative d’espionnage »

Accusé de « tentative d’espionnage », il s’était vu donner 72 heures pour quitter le pays, ce qu’il a fait le lendemain, selon la même source. La Russie a ensuite protesté auprès des diplomates japonais en poste en Russie et convoqué l’un d’entre eux au ministère des Affaires étrangères pour lui remettre une note officielle en ce sens. Le ministère n’a pas précisé quand cette convocation avait eu lieu.

Cette annonce intervient au lendemain de l’annonce par Tokyo de l’arrestation d’un ancien employé, selon les médias, de la holding japonaise SoftBank, pour espionnage économique au profit de la Russie. Yutaka Araki, 48 ans, est soupçonné d’avoir obtenu des « secrets commerciaux depuis un serveur informatique dans une entreprise de télécommunications en violation de la loi japonaise sur la concurrence déloyale », a déclaré la police de Tokyo dans un communiqué.

« Allégations d’espionnage bas de gamme »

Selon les médias locaux, la police japonaise soupçonne des responsables de la chambre de commerce russe au Japon d’être impliqués dans cette affaire. L’ambassade russe a dénoncé pour sa part des « allégations d’espionnage bas de gamme » et des informations de presse « regrettables ». Les relations entre la Russie et le Japon sont empoisonnées par un différend territorial autour de quatre îles du sud de l’archipel des Kouriles, en Extrême Orient.

Le différend à propos de ces îles annexées par l’URSS à la fin de la Seconde Guerre mondiale et que Tokyo considère comme faisant partie de son territoire a empêché jusqu’à présent les deux pays de signer un traité de paix.