Coronavirus : Le commerce d’animaux sauvages temporairement interdit en Chine

MESURES Le marché de Wuhan, d’où est partie l’épidémie de coronavirus, a été fermé et décontaminé fin décembre

20 Minutes avec agences

— 

L'épicentre de l'épidémie se situe sur un marché de Wuhan spécialisé dans la vente en gros de fruits de mer et de poissons, aujourd'hui fermé par les autorités chinoises pour décontamination.
L'épicentre de l'épidémie se situe sur un marché de Wuhan spécialisé dans la vente en gros de fruits de mer et de poissons, aujourd'hui fermé par les autorités chinoises pour décontamination. — NOEL CELIS / AFP

La Chine se barricade pour endiguer la propagation du coronavirus. Le gouvernement a annoncé ce dimanche l’interdiction temporaire du commerce d’ animaux sauvages. L’élevage, le transport et la vente de toutes les espèces sauvages sont interdits « jusqu’à la fin de la situation épidémique nationale », indique une directive émise par trois agences de haut niveau, dont le ministère de l’Agriculture.

Le marché fermé, la ville en quarantaine

Le virus, qui a déjà fait 56 morts et contaminé près de 2.000 personnes, avait été localisé en décembre sur un marché de Wuhan (centre du pays). Des ventes illégales d’animaux sauvages à des fins de consommation avaient lieu sur ce marché. Le site a été fermé dès fin décembre après la découverte des premiers cas de virus chez des commerçants du marché.

L’épidémie de Sras, qui avait tué près de 650 personnes en Chine dans les années 2000, était partie de la civette, un petit mammifère proche de la martre que l’on trouvait couramment sur les marchés de Canton (sud). Ce jeudi, les autorités chinoises ont donc placé en quarantaine toute la métropole de Wuhan ainsi qu’une grande partie de sa province du Hubei.