Québec : Troisième jour de recherches des cinq touristes français disparus dans un accident de motoneige

LACS GELES Le corps de leur guide, à la tête de l'expédition, a été retrouvé sans vie

20 Minutes avec AFP

— 

Des images aériennes autour de Beemer Island, près du Lac-Saint-Jean où les touristes français sont portés disparus.
Des images aériennes autour de Beemer Island, près du Lac-Saint-Jean où les touristes français sont portés disparus. — HO / Sûreté du Québec / AFP

Troisième journée de recherches au Québec pour retrouver les cinq Français disparus au nord de la province canadienne lors d’une expédition en motoneige qui a mal tourné mardi, après une nouvelle nuit de recherches infructueuses.

Les chances de les retrouver vivants sont désormais infimes. Mardi, leurs motoneiges sont tombées au fond des eaux glacées du lac Saint-Jean alors qu’ils circulaient sur un chemin non balisé. Les enquêteurs se disent néanmoins déterminés à « ne pas baisser les bras », a expliqué un porte-parole de la Sûreté du Québec. « Tant qu’on n’a pas retrouvé cinq corps, on recherche cinq personnes disparues », a déclaré vendredi matin à l’AFP le porte-parole de la police, Hugues Beaulieu.

Policiers, plongeurs et hélicoptères

Comme la veille, une trentaine de policiers, dont une douzaine de plongeurs, appuyés par d’importants moyens comme des hélicoptères, des drones ou des embarcations équipées de sonars, vont écumer l’est du lac Saint-Jean où s’est produit le drame. Le groupe était composé de huit touristes originaires de l’est de la France, dont trois ont survécu, et de leur guide, un Montréalais qui est mort mercredi des suites de ses blessures.

Sur les sept motoneiges qui ont traversé la glace, six ont été retrouvées au fond de l’eau par les enquêteurs. Cette découverte confirme l’hypothèse la plus pessimiste, selon laquelle les cinq touristes ont sombré dans les eaux glacées avec leur machine.

Ils roulaient dans une zone réputée dangereuse où la glace était soit trop fine, soit absente. Et ils ont sans doute quitté les sentiers balisés pour prendre un raccourci et parvenir plus rapidement à destination, selon plusieurs experts. Jeudi, la police a publié jeudi les identités des disparus, originaires, comme les trois Français survivants, de l’Est de la France. L’un d’entre eux est le père de trois biathlètes internationaux, Emilien, Florent et Fabien. Ce dernier est monté jeudi pour la première fois sur le podium d’une étape de la Coupe du monde de biathlon, à Pokljuka en Slovénie. Il a dédié sa troisième place à son père.