Proche-Orient : Trump dévoilera son plan de paix d’ici mardi, Netanyahou et Gantz invités à Washington

DIPLOMATIE L'Autorité palestinienne a rejeté d'emblée toute proposition des Etats-Unis, qui ont reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump à sa descente d'Air Force One à Miami,  le 23 janvier 2020.
Donald Trump à sa descente d'Air Force One à Miami, le 23 janvier 2020. — Brynn Anderson/AP/SIPA

Donald Trump va pouvoir mettre sa réputation de « deal maker » à l’épreuve. Le président américain a annoncé jeudi qu’il dévoilerait probablement son plan de paix pour le Proche-Orient – auquel a participé son gendre Jared Kushner – avant la visite mardi à Washington du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. « Nous le rendrons probablement public un peu avant », a déclaré Donald Trump à bord de l’avion présidentiel Air Force One. « C’est un excellent plan », a-t-il ajouté. « J’aimerais vraiment parvenir à un accord ».

La Maison Blanche a annoncé que Benjamin Netanyahou et son rival politique Benny Gantz se rendraient la semaine prochaine à Washington. C’est Mike Pence qui a invité Netanyahou lors de sa visite en Israël, et ce dernier a suggéré de convier son rival pour cette « oppurtunité historique ».

Fin de non-recevoir des Palestiniens

Interrogé sur d’éventuels contacts entre son administration et les Palestiniens, qui ont déjà jugé le texte mort-né, Donald Trump est resté évasif. « Nous leur avons parlé brièvement », a-t-il répondu, sans autres précisions. « Je suis certain qu’ils réagiront peut-être de manière négative au début, mais c’est en réalité très positif pour eux », a-t-il ajouté.

L’Autorité palestinienne a réitéré jeudi son rejet du projet de paix de la Maison Blanche, mettant en avant le fait que Donald Trump avait reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël. Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l’Etat auquel ils aspirent, mais Israël considère Jérusalem comme sa capitale « unifiée et indivisible ».

Selon les médias israéliens, le plan accorderait à l’Etat hébreu la souveraineté sur Jérusalem et sur ses colonies en Cisjordanie. En échange, il reconnaîtrait un Etat palestinien indépendant mais à condition que Gaza soit démilitarisé, que le Hamas renonce à ses armes et que les Palestiniens reconnaissent l’Etat d’Israël avec Jérusalem comme sa capitale. Donald Trump a assuré qu’il ne s’agissait que de « spéculations ».