Coronavirus : La Chine confirme un 26e décès

EPIDEMIE Revivez avec nous les évènements autour du coronavirus qui a déjà fait 26 morts et mortes en Chine…

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

Protection de rigueur contre le virus respiratoire à Wuhan.
Protection de rigueur contre le virus respiratoire à Wuhan. — HANDOUT / AEROPORTO DI ROMA / AFP

L’ESSENTIEL

  • Une nouvelle variante du coronavirus, proche du SRAS mais encore mystérieuse, se développe à partir de la Chine. Le virus se transmet d’humain à humain.
  • L’Organisation mondiale de la santé n’a pour le moment pas décidé si cette nouvelle menace constituait une « urgence de santé publique de portée internationale », comme Ebola, Zika ou la grippe H1N1.
  • Les autorités chinoises ont néanmoins décidé de mettre en quarantaine la ville de Wuhan qui semble être au centre de cette épidémie. Une ville de 11 millions d’habitants et d’habitantes.

POUR EN SAVOIR PLUS

VIDEO

 

07h44 : Disneyland Shanghai fermé jusqu’à nouvel ordre

Alors que c’est aujourd’hui le premier jour des congés du Nouvel an chinois, le parc d’attractions de Disneyland à Shanghai vient d’annoncer qu’il resterait fermé jusqu’à nouvel ordre.

Cette décision a été prise « à des fins de prévention et de contrôle de l’épidémie et pour préserver la santé » de ses clients et des membres de son personnel, a précisé le parc.

07h37 : Plus de 30 millions de Chinois bloqués par les quarantaines

La liste des villes mises sous quarantaine continue de s’allonger en Chine. Plus de 30 millions d’habitants du centre du pays étaient désormais bloqués vendredi par des mesures anti-épidémie, après la quarantaine de fait imposée en réponse au coronavirus.

Une commune riveraine du Yangtsé, Jingzhou, a imposé une interdiction de quitter la ville en train, en bateau ou en autocar. La localité, qui compte plus de 6 millions d’habitants, est la neuvième à faire l’objet d’une telle mesure dans la région de Wuhan, la métropole au cœur de l’épidémie.

06h30 : La Chine confirme un 2e mort en dehors du berceau de l’épidémie

Le coronavirus sort de plus en plus de sa zone originelle. La Chine vient de confirmer un deuxième mort en dehors de Wuhan. Au total, 26 malades sont morts de ce nouveau virus.

La nouvelle victime est décédée dans le Heilongjiang (nord-est), une province frontalière de la Russie. Cette province est située à plus de 1.800 km à vol d’oiseau de Wuhan (centre), la ville où ont été comptabilisée la grande majorité des cas de contamination et des décès dus au virus depuis décembre. Un autre cas avait été annoncé peu auparavant dans le Hebei, la province qui entoure Pékin. Il s’agissait d’un homme de 80 ans.

Le nombre de cas de contamination confirmé atteint désormais 830, et le nombre de cas suspects dépasse le millier, a annoncé vendredi matin la Commission nationale de la santé.

05h50 : Un deuxième cas confirmé au Japon

Le ministère japonais de la Santé a annoncé vendredi avoir confirmé un deuxième cas du nouveau virus dans l’archipel. Le second patient atteint est un quadragénaire qui réside à Wuhan, berceau de la maladie.

« Il a ressenti de la fièvre le 14 janvier, a consulté un médecin en Chine les 15 et 17 et aucun signe de pneumonie n’avait été détecté à ce stade », a précisé le ministère. L’homme est arrivé le 19 au Japon et a consulté de nouveau le lendemain sans qu’une pneumonie ne soit diagnostiquée. « C’est le 22 qu’elle l’a été. Il a été hospitalisé à Tokyo », selon les autorités.

Le patient a affirmé ne pas s’être rendu sur le marché de Wuhan, foyer originel de l’infection, ni « avoir été de façon assurée » en contact avec une personne atteinte. Ce patient dit par ailleurs avoir porté un masque.

05h30 : Le Cirque du Soleil annule des représentations

Le Cirque du Soleil a annoncé jeudi l’annulation, « jusqu’à nouvel ordre » de toutes ses représentations à Hangzhou, en Chine. « Les autorités chinoises ont demandé la fermeture temporaire de toutes les activités intérieures rassemblant 100 personnes ou plus dans le but de contenir l’épidémie de coronavirus », a expliqué la compagnie québécoise.

22h54 : Un possible second cas aux Etats-Unis

Un comté du Texas a annoncé ce jeudi enquêter sur un cas présumé d’infection au coronavirus chinois chez une personne qui a voyagé depuis Wuhan, en Chine, berceau de l’épidémie qui progresse dans le monde.

« Hier, un malade potentiel a été identifié dans une salle des urgences locales », a déclaré le docteur Eric Wilke, des autorités sanitaires du comté de Brazos, dans l’est du Texas. Le patient, un étudiant de l’université du Texas A & M, dont le campus est situé dans ce comté, présentait des « symptômes respiratoires légers » comme une « toux » et une « congestion », a-t-il précisé dans une conférence de presse. Appartenant à la tranche d’âge des 20/30 ans, il « va bien » et s’est rendu aux urgences « plus par inquiétude qu’à cause de ses symptômes », a noté le Dr Wilke.

Les médecins « ont rapidement établi que le patient présentait les signes de présence positive du coronavirus », ont écrit jeudi dans un communiqué publié sur Facebook les autorités sanitaires de Brazos. Le patient est maintenu à l’isolement à domicile le temps d’avoir le résultat des analyses le concernant, qui sera connu au plus tard samedi. Il s’agit d’un échantillon sanguin envoyé aux Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) d’Atlanta.

19h57 : L’OMS demande que le confinement des villes chinoises soit de « courte durée »

19h53 : La transmission interhumaine « pas prouvée »

« Nous savons qu’il existe une transmission interhumaine en Chine, mais pour l’instant elle semble être limitée à des groupes familiaux et à des travailleurs de la santé qui s’occupent des patients infectés. Pour l’instant, il n’y a aucune preuve de transmission interhumaine en dehors de la Chine, mais cela ne veut pas dire que cela n’arrivera pas », a poursuivi Tedros Adhanom Ghebreyesus (OMS) lors d’une conférence de presse à Genève.

19h27 : Pour l’OMS, il est « trop tôt » pour déclarer une urgence internationale

« Ne vous y trompez pas, c’est une urgence en Chine. Mais ce n’est pas encore une urgence sanitaire mondiale. Cela pourrait le devenir », a déclaré lors d’une conférence de presse le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

17 h 59 : La Chine annonce le premier décès hors du berceau de l’épidémie

16h29 : Quelques conseils en cas de doute…

Le CHU de Toulouse, cité par France 3 occitanie, conseille aux personnes revenant d’Asie du Sud-Est d’être très vigilantes, et ce jusqu’à 14 jours après leur retour, afin de prendre en compte la période d’incubation du virus. « Si vous présentez des symptômes », « signalez-vous au plus vite au personnel soignant et tenez-vous, si possible, à l’écart des autres patients ».

16h18 : « A ma connaissance, il n’y a pas de cas douteux » en France, a déclaré ce jeudi Agnès Buzyn

« Il y a eu deux cas investigués qui se sont avérés négatifs et nous ne communiquerons qu’en cas de cas positif », a poursuivi la ministre de la Santé.

15 h 30 : Par contre, on en parle de ce hashtag en tête des trending topics sur Twitter ?

Au lieu de #Coronavirus (qui est la bonne orthographe) le mot le plus recherché est…#coronovirus. Attention, soyez vigilants et vigilantes !

15 h 21 : A Dubaï, on prend ses précautions

Les voyageurs en provenance de Chine seront soumis aux caméras thermiques à leur arrivée à l’aéroport de Dubaï, l’un des plus importants au monde, ont annoncé jeudi les autorités. L’aéroport a indiqué sur Twitter qu’il s’apprêtait à accueillir « des milliers » de voyageurs chinois pour leur Nouvel An, célébré cette année le 25 janvier.

L’aéroport explique avoir pris cette décision « en pleine conformité avec la directive récemment émise par l’Autorité générale de l’aviation civile des Emirats arabes unis, sur la base des instructions du ministère de la Santé ». « Le contrôle sera effectué à des portes (de débarquement) sécurisés » par des équipes médicales, a-t-il ajouté.

D’autres aéroports internationaux ont pris des mesures similaires, ciblant en particulier les passagers provenant de la métropole de Wuhan, épicentre de l’épidémie, notamment aux Etats-Unis, en Russie, en Australie, au Népal, à Singapour, en Malaisie, au Vietnam, au Bangladesh, en Inde et en Thaïlande. Les Chinois représente une part importante du tourisme à Dubaï avec plus de 3,6 millions de passagers ayant voyagé via l’aéroport de l’émirat en 2019.

14 h 47 : En France

L’ambassade de Chine en France a demandé à une de ses ressortissantes de contacter le Samu à Lyon pour enlever tout doute sur une éventuelle importation du coronavirus dans l’Hexagone.

 

14 h 36 : La Cité interdite de Pékin fermée jusqu’à nouvel ordre

14 h 32 : Thermomètre

Dans un aéroport de Pékin, à l’arrivée d’un avion en provenance de Wuhan, des personnes en combinaison blanche prennent la température des passagers et passagères, comme de cette équipe de CBS.

 

14 h 10 : Un premier cas confirmé à Singapour

 

13h02 : A Roissy, les voyageurs ne sont pas tous dans le même état d'esprit

Notre journaliste est allé à la rencontre des voyageurs qui s'apprêtent à s'envoler pour la Chine. 

 

12 h 49 : Les grands moyens

 

12 h 34 : Le gouvernement britannique affirme qu’il n’y a pas de cas de coronavirus sur son sol

Norman Smith est journaliste à la BBC.

12 h 21 : Les grands évènements pour célébrer le nouvel an chinois sont annulés à Pékin

Augustin Ramzy est journaliste à Hong Kong pour le New York Times.

 

11 h 56 : Hong Kong prend des mesures

Hong Kong a transformé deux camps de vacances en zones de quarantaine destinées aux personnes ayant été en contact avec des porteurs du nouveau coronavirus, ont annoncé jeudi les autorités. Le territoire semi-autonome a été placé en "alerte élevée". Ces deux sites avaient déjà été utilisés comme centres de quarantaine lors de l’épidémie de Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) qui, il y a dix-sept ans, avait fait près de 300 victimes à Hong Kong. Cet épisode a laissé un impact psychologique profond dans la mégapole, l’une des plus densément peuplées de la planète.

Jusqu’à présent, deux personnes sont porteuses à Hong Kong de ce nouveau coronavirus de la famille du Sras. Toutes deux étaient récemment à Wuhan et elles ont été placées à l’isolement dans un hôpital. La région de Macao, distante d’une trentaine de kilomètres de l’ex-colonie britannique, a également fait état cette semaine de deux cas.

11 h 39 : Inquiétude

Le journaliste de 20 Minutes Romarik Le Dourneuf est à Roissy ce matin.

 

11 h 18 : Re-SRAS

On revient sur le précédent du SRAS en Chine il y a plus de quinze ans. A l’époque, l’éditorialiste international de France Inter, Pierre Haski, était le correspondant à Pékin de Libération. Dans sa chronique d’hier, il raconte comment la respectabilité internationale, que cherche la Chine, passe aussi par une crédibilité dans pareille crise sanitaire. Et que cette nouvelle crise est un test. 

10 h 50 : Une deuxième ville en quarantaine en Chine

Il s'agit de Huanggang, près de Wuhan. Les deux villes concentrent entre 17 et 18 millions d'habitants et d'habitantes au total. 

10 h 36 : Un début qui ressemble au SRAS

Le marché chinois considéré comme l’épicentre du nouveau coronavirus était une sorte de ménagerie où cohabitaient d’étranges espèces, comme la célèbre civette à l’origine de l’épidémie de Sras en 2002-2003. Le nouveau virus semble avoir pour origine le Marché aux fruits de mer de Huanan à Wuhan. Comme son nom ne l’indique pas, le marché vendait bien d’autres espèces que des produits de la mer, à en croire une brochure publicitaire et une enquête d’un média chinois.

Le site a été fermé le mois dernier dès la découverte des premiers cas de maladie chez des commerçants du marché. Des ventes illégales d’animaux sauvages s’y déroulaient, a reconnu mercredi le directeur du Centre national de contrôle et de prévention des maladies, Gao Fu, sans pouvoir dire si du gibier était bien à l’origine de l’épidémie.

10 h 13 : Déjà des doutes sur la sincérité des autorités chinoises

D’après cet article du Washington Post, disponible gratuitement, le nombre de cas mais aussi le nombre de décès est sous estimé. Certaines victimes seraient imputées à une « pneumonie sévère » et pas au nouveau coronavirus. Pékin a aussi largement tardé avant de révéler les premiers cas, intervenus début décembre.

 

9 h 52 : Et la France dans tout ça ?

Sylvie Burnouf est journaliste scientifique. Elle précise que la DGS estime le risque de contamination faible parce que le système de santé français est, d’après l’organisme, bien préparé à l’arrivée de cas.

9 h 46 : Direction Wuhan

Depuis 10 h 00 locales (2 h 00 GMT), plus aucun train ni avion ne doit en principe quitter la cité de 11 millions d’habitants située en plein centre de la Chine. La ville des bords du Yangtsé est au cœur de l’épidémie qui depuis décembre a contaminé plus de 500 personnes et fait 17 morts, selon un dernier bilan communiqué mercredi soir. Toutes les personnes décédées ont succombé à Wuhan ou dans sa région.

« Les habitants ne doivent pas quitter Wuhan sans raison spécifique », a annoncé le Quartier général chargé de la lutte contre l’épidémie au niveau municipal. Cette décision est prise afin « d’enrayer efficacement la propagation du virus », a-t-il expliqué, alors que la Chine s’apprête à entrer vendredi dans son long congé du Nouvel an, qui occasionne chaque année des centaines de millions de voyages.

9 h 40 : Bonjour, bienvenue dans ce nouveau live de 20 Minutes. Ici Rachel, nous allons suivre ici toute la journée les développements au sujet du coronavirus, cette nouvelle infection respiratoire encore mystérieuse pour les scientifiques.