Virus en Chine : Pékin annonce un quatrième mort

CHINE Plus d’un mois après son apparition, le virus, de la famille du Sras, touche désormais plusieurs autres pays : Japon, Corée du Sud, Thaïlande, mais aussi Australie

20 Minutes avec AFP

— 

Une famille chinoise portant des masques, à Pékin le 20 janvier 2020.
Une famille chinoise portant des masques, à Pékin le 20 janvier 2020. — Koki Kataoka/AP/SIPA

Un homme de 89 ans est devenu la quatrième personne à succomber au nouveau virus qui s’est répandu à travers la Chine, ont annoncé mardi les autorités. Le vieil homme est mort dimanche après avoir éprouvé des difficultés à respirer, à Wuhan, la ville du centre du pays où s’est déclenchée l’épidémie qui a infecté plus de 200 personnes, a précisé la commission locale de la santé dans un communiqué.

Plus d’un mois après son apparition sur un marché de Wuhan, le virus, de la famille du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère), touche désormais plusieurs grandes villes du pays – dont Pékin et Shanghai – et trois autres pays d’Asie : Japon, Corée du Sud et Thaïlande.

Le Nouvel An chinois, un risque supplémentaire

En Australie, un homme rentrant de Chine et présentant les symptômes du virus a été placé à l’isolement à son domicile de Brisbane, au nord-est du pays, a révélé mardi chaîne de télévision ABC. Cet homme, qui serait le premier cas suspect de ce nouveau coronavirus dans le pays, est récemment rentré de Wuhan. Les autorités sanitaires attendent les résultats d’analyses destinées à déterminer s’il a ou non contracté ce nouveau virus.

Le virus suscite des inquiétudes croissantes en Chine et dans les pays alentour, en plein chassé-croisé dans les transports avant le Nouvel An chinois samedi. Cette période, qui voit traditionnellement gares et aéroports bondés, est un facteur de risque supplémentaire pour la propagation du virus.

Vers une « urgence de santé publique de portée internationale » ?

Zhong Nanshan, un scientifique chinois renommé de la Commission nationale de la santé, a déclaré lundi à la chaîne de télévision d’Etat CCTV que la transmission par contagion entre personnes était « avérée ». La souche incriminée est un nouveau type de coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus. Ils peuvent provoquer des maladies bénignes chez l’homme (comme un rhume) mais aussi d’autres plus graves comme le Sras.

Cet expert avait aidé à évaluer l’ampleur de l’épidémie de Sras en 2002-2003. Elle avait fait 774 morts dans le monde (dont 349 en Chine continentale et 299 à Hong Kong) sur 8.096 cas, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’OMS a annoncé la tenue mercredi d’une réunion d’urgence pour déterminer s’il convient de déclarer une « urgence de santé publique de portée internationale », qualification qui n’est utilisée que pour les épidémies les plus graves.