Joie mesurée et doléances dans les pays en guerre, après la victoire de Barack Obama

REACTIONS En Irak, en Afghanistan et au Pakistan, l'élection du démocrate suscite des espoirs, mais pas de réel enthousiasme...

J.M. avec agence

— 

Barack Obama était dimanche au Koweït en provenance d'Afghanistan où il avait débuté la veille une tournée internationale;
Barack Obama était dimanche au Koweït en provenance d'Afghanistan où il avait débuté la veille une tournée internationale; — Pfc. Alicia C. Torbush AFP

Les Etats-Unis de George W. Bush se sont engagés dans des conflits militaires en Irak et en Afghanistan, et entretiennent des relations tendues avec le Pakistan. Dans ces trois pays, l'élection de Barack Obama suscite des espoirs, mais les dirigeants ne crient pas victoire. Le point avec 20minutes.fr

L'Irak attend le temps du désengagement

A Bagdad, l'enthousiasme populaire tranche avec la réserve officielle. «Nous respectons le choix des Américains», a sobrement déclaré le chef de la diplomatie irakienne, Hoshyar Zebari. Barack Obama a pourtant annoncé lors de sa campagne qu'il souhaitait mettre un terme au conflit «dans les 16 mois» suivant sa prise de pouvoir.

«Nous ne pensons pas qu'il y aura un brusque changement politique, et il n'y aura pas un désengagement rapide américain d'Irak, car une affaire importante se joue ici», tempère Hoshyar Zebari. Il est vrai que Barack Obama a déjà reconnu que son plan n'était pas figé. Dans les rues de Bagdad, pourtant, on estime que «la majorité des électeurs ont montré qu'ils voulaient le retrait des forces américaines d'Irak et nous désirons la même chose.»

Epargner les civils afghans

Autre pays, autre guerre. En Afghanistan, le président Hamid Karzai a adressé ses félicitations à Barack Obama, estimant que son élection avait «fait entrer le peuple américain, et avec lui le reste du monde, dans une ère nouvelle». Une ère « où la race, la couleur et l'origine ethnique, je l'espère, vont disparaître (...) de la politique dans le reste du monde», a-t-il ajouté.

En campagne, Barack Obama avait annoncé son intention de mettre la pression sur le président afghan afin qu'il «intensifie ses efforts pour la reconstruction du pays». Hamid Karzai a adressé à son tour ses doléances au nouveau président: «Notre première et plus importante demande, notre priorité, c'est de mettre fin aux frappes visant les civils en Afghanistan. La guerre contre le terrorisme ne doit pas être livrée dans les villages afghans.»

Situation tendue au Pakistan

Enthousiasme mesuré également chez le voisin pakistanais. Pour le Premier ministre, Yousuf Raza Gilani, l'élection de Barack Obama «marque un nouveau chapitre dans la remarquable Histoire des Etats-Unis». Mais il souhaite avant tout qu'elle soit l'occasion «de nouvelles occasions de discuter des moyens de renforcer les relations entre le Pakistan et les Etats-Unis et de promouvoir la paix et la stabilité dans la région et au-delà».

Les relations entre les deux pays sont en effet tendues depuis que les Etats-Unis mènent des attaques contre des repaires de talibans et combattants du réseau Al-Qaida dans les zones tribales du nord-ouest pakistanais. Barack Obama a déjà annoncé son intention de poursuivre ces opérations, même si «le Pakistan ne veut pas ou est incapable d'agir».