Liban : La contestation face à l’inertie du gouvernement perdure et bascule dans la violence

CRISE POLITIQUE Les affrontements ont pris une tournure violente inédite dans les rues de Beyrouth, ce week-end

20 Minutes avec AFP

— 

Au Liban, la colère perdure dans la violence — 20 Minutes

Des scènes de violence inédites ont émaillé la mobilisation au Liban contre l’inaction du gouvernement. Une première depuis le début de la contestation qui perdure depuis trois mois.

Plus de 500 personnes, manifestants et policiers, ont été blessées durant le week-end à Beyrouth, selon les bilans de la Croix-Rouge libanaise et de la défense civile, compilés par l’AFP.

Le pays est secoué par des manifestations sans précédent depuis le 17 novembre contre l’inertie de la classe politique et la corruption. Sous la pression de la rue, le Premier ministre Saad Hariri a démissionné fin octobre et son successeur, Hassan Diab, désigné le 19 décembre, n’a toujours pas formé son gouvernement.