Barack Obama attendu au tournant au Proche-Orient

DIPLOMATIE Les autorités palestiniennes et israéliennes espèrent des progrès sur le processus de paix...

C. F. (avec agence)

— 

Plus de 11.000 Palestiniens sont actuellement détenus dans les prisons israéliennes, dont 11 considérés comme "très malades", selon l'Autorité palestinienne.
Plus de 11.000 Palestiniens sont actuellement détenus dans les prisons israéliennes, dont 11 considérés comme "très malades", selon l'Autorité palestinienne. — Jaafar Ashtiyeh AFP

Barack Obama devra s'attaquer dès janvier sur la scène internationale à de redoutables défis en matière diplomatique. Le processus de paix au Proche-Orient, au point mort depuis le coma d'Ariel Sharon et l’arrivée à la tête de l’Autorité Palestinienne du Hamas, en fait partie.

Le nouveau Président américain est ainsi attendu au tournant par les autorités palestiniennes et israéliennes, qui tablent sur des progrès en vue d'un règlement de leur conflit vieux de plus d'un demi-siècle.

Plutôt pro-israélien

Dans la lignée d’une longue tradition américaine, Obama semble toutefois majoritairement pro-israélien. «Jérusalem doit rester la capitale indivisible d’Israël», avait-il déclaré pendant sa campagne. Lors de son dernier voyage, il a aussi tenu à rassurer les Israéliens, promettant qu’il ne serait pas un homme de «pression». Plus tôt cette année, il avait critiqué la rencontre de l’ancien président Jimmy Carter avec le Hamas, écartant toute discussion tant que le mouvement islamiste palestinien «n’aurait pas renoncé à toute activité terroriste».

Félicitant Barack Obama pour sa «victoire historique», le chef du gouvernement de transition israélien Ehud Olmert a ainsi évoqué les «relations spéciales fondées sur des valeurs et des intérêts communs» entre son pays et les Etats-Unis. Le chef de l'opposition de droite Benjamin Netanyahu, candidat au poste de Premier ministre, s'est pour sa part dit convaincu qu'il pourra oeuvrer à la paix au Proche-Orient avec le nouveau président américain Barack Obama.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a tout de même félicité le vainqueur «en son nom et au nom du peuple palestinien» et espéré qu'il allait «accélérer les efforts déployés en vue de parvenir à la paix».

Etre un «médiateur honnête» de la paix

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a lui souhaité que Barack Obama s'emploie à «améliorer les relations des Etats-Unis avec le reste du monde au lieu de continuer à agiter le gros bâton américain». «Nous voulons qu'il soutienne la cause palestinienne ou (lui demandons) au moins de ne pas être partial en faveur de l'occupant israélien», a dit son son porte-parole Fawzi Barhoum à Gaza.

Le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa, enfin, a appelé le nouveau Président à être un «médiateur honnête» de la paix au Proche-Orient, contrairement à l'administration Bush. «J'ai entendu Barack Obama dire que le conflit israélo-arabe serait une des priorités sur son agenda. C'est encourageant et nous serons très heureux si cette promesse se concrétise», a-t-il encore indiqué, appelant les Américains à aider à mettre un terme aux nouvelles installations de «colonies» israéliennes dans les territoires palestiniens.