«John McCain était le bon candidat à la mauvaise époque»

INTERVIEW Pierre Toullec, président des républicains en France, répond à 20minutes.fr...

Propos recueillis par Catherine Fournier

— 

"Je ne pense pas que les Etats-Unis soient prêts pour un président afro-américain", lance Sarah, une jeune républicaine amère après la victoire du candidat démocrate Barack Obama à l'élection présidentielle face à "son" candidat John McCain.
"Je ne pense pas que les Etats-Unis soient prêts pour un président afro-américain", lance Sarah, une jeune républicaine amère après la victoire du candidat démocrate Barack Obama à l'élection présidentielle face à "son" candidat John McCain. — Robyn Beck AFP
Pierre Toullec, président des républicains en France, réagit à la défaite du candidat républicain John McCain à l'élection présidentielle américaine...

Vous attendiez-vous à une défaite aussi cuisante pour McCain?

Ce n'est pas une défaite aussi cuisante. Si on regarde les résultats du vote populaire par rapport à la participation, l'écart est bien moindre que celui prédit par les sondages. Malgré tout, on souhaite à Barack Obama la meilleure présidence possible. Mais face à la réalité, son programme va être difficile à appliquer.

C'est-à-dire?

Sa volonté d'augmenter massivement les impôts, notamment pour les entreprises, va entraîner une vague de chômage incroyable. Sur le plan international, Barack Obama a indiqué qu'il enverrait des troupes au Pakistan si Oussama Ben Laden s'y trouvait. C'est complètement irresponsable de faire ça avec un partenaire historique comme le Pakistan. Quant à l'Irak, le candidat démocrate ne dit pas tout. Il affirme qu'il va retirer les troupes mais quand on creuse un peu dans son programme, il va laisser un contingent de 80.000 hommes, soit 60% des troupes. Les 40% restants ne vont pas rentrer: ils devraient être déployés en Afghanistan.

Malgré tout, John McCain n'a pas su convaincre. Pourquoi selon vous?

Il a surtout pâti de la magnifique image marketing de son rival et du fait que l'Amérique sortait de deux mandats d'un président républicain. John McCain était le bon candidat à la mauvaise époque.

Pourquoi?

Parce qu'en 2006, il avait affirmé qu'avec le système des subprimes, on courait à la faillite. Il a proposé une loi pour réformer ces crédits hypothécaires, mais les démocrates ont refusé, sous prétexte qu'ils permettaient à des ménages modestes d'accéder à la propriété. Et sur l'Irak, McCain a participé à l'élaboration d'une nouvelle stratégie qui a participé à une baisse de 90% de la violence. Ses idées étaient bonnes, mais il a été victime de l'image désastreuse que les médias démocrates ont donné de George W. Bush.

Quelle doit être la stratégie des républicains maintenant?

Il faut revenir sur le terrain. De toute façon, si Barack Obama applique son programme, on peut être sûr que dans deux ans, les républicains récupèrent la majorité au Congrès et dans quatre ans, la Maison Blanche. Entre temps, beaucoup de candidats pourraient émerger: Mitt Romney, Mike Huckabee et bien sûr Sarah Palin...