Le Sénat emporté par la vague Obama

ELECTION La présidentielle était aussi l’occasion pour les Américains de renouveler le Congrès...

— 

Les Etats-Unis auront sous peu une nouvelle loi codifiant les écoutes antiterroristes, après une adoption définitive par le Congrès qui a mis fin mercredi à une féroce bataille politique et idéologique sur les moyens de la lutte contre le terrorisme et le respect des libertés.
Les Etats-Unis auront sous peu une nouvelle loi codifiant les écoutes antiterroristes, après une adoption définitive par le Congrès qui a mis fin mercredi à une féroce bataille politique et idéologique sur les moyens de la lutte contre le terrorisme et le respect des libertés. — Saul Loeb AFP
C’était l’autre enjeu de cette nuit électorale. Les Américains ont aussi voté pour leurs représentants au Congrès (Parlement).

Portés par la vague Obama, les démocrates ont gagné cinq nouveaux sénateurs et ont conservé douze sièges mis en jeu dans le cadre du renouvellement par tiers du Sénat, qui a lieu tous les deux ans. La nouvelle majorité de 56 sièges (sur 100) comprend deux indépendants dont les mandats n'étaient pas remis en jeu.

La barre des 60 sièges manquée de peu

Une victoire certes, mais cela ne suffit pas pour franchir la barre des 60 sièges, seuil minimum pour empêcher l'opposition d'utiliser la méthode de l'obstruction systématique ou « filibuster », une procédure qui donne aux sénateurs le droit de bloquer ou de retarder des votes. Démocrates et républicains se partageaient chacun 49 sièges depuis 2006, et le parti de l’âne ne contrôlait le Sénat que grâce aux deux indépendants Bernie Sanders et Joe Lieberman, qui avait rallié le camp McCain lors de la présidentielle.

Les démocrates s’affirment à la chambre des représentants

Du côté de la chambre des représentants, où 435 sièges étaient remis en jeux, les démocrates ont fait mieux que garder le contrôle. Ils remporteraient entre 262 et 268 sièges selon les premiers résultats (contre 235 en 2006) et s’assureraient ainsi une majorité de près de 60% de la chambre.

Avec une si confortable majorité au Congrès, les démocrates se retrouvent en position de force. Cela devrait leur permettre de mettre en œuvre le programme de Barack Obama plus facilement. En revanche, pas sûr que l'esprit de bipartisanship et les promesses de tendre la main au camp d'en face tiennent bien longtemps.