Népal : La météo rend difficile la recherche des randonneurs disparus après une avalanche

CATASTROPHE Une avalanche a emporté sept personnes, vendredi, près de l’Annapurna

20 Minutes avec AFP

— 

Une équipe de secouristes sud-coréens a été envoyée sur place.
Une équipe de secouristes sud-coréens a été envoyée sur place. — Yonhap News/Newscom/SIPA

Les chutes de neige et la faible visibilité compliquaient ce dimanche les recherches de quatre Sud-Coréens et trois Népalais portés disparus depuis une avalanche vendredi dans le massif népalais de l’Annapurna, ont annoncé les autorités. Des proches des disparus sud-coréens sont arrivés à Katmandou, de même que des responsables sud-coréens qui doivent aider les Népalais dans les recherches.

L’avalanche a eu lieu à une altitude d’environ 3.200 mètres, près du camp de base pour l’ascension de l’Annapurna, après de fortes chutes de neige survenues vendredi. « Les recherches sont en cours mais la neige ne facilite pas les choses », a expliqué Mira Dhakal, un responsable du ministère népalais du Tourisme.

Un groupe d'enseignants volontaires

Des hélicoptères ont été dépêchés dans la zone samedi pour participer à l’évacuation de 200 personnes se trouvant dans la zone touchée par l’avalanche ainsi que sur d’autres itinéraires de trek. Six des disparus appartenaient à la même expédition, tandis que le septème, un porteur népalais, accompagnait un autre groupe.

Les quatre Sud-Coréens disparus faisaient partie d’un groupe de onze personnes venues de Corée du Sud. Les autres membres de l’équipe sont sains et saufs. En Corée du Sud, des responsables de l’éducation ont précisé que les quatre disparus appartenaient à une équipe d’enseignants volontaires qui travaillaient avec des enfants au Népal.

L’Annapurna est une montagne particulièrement sujette aux avalanches et techniquement difficile. Il a un taux de mortalité plus fort que l’Everest, le plus haut sommet du monde. Des milliers de randonneurs visitent chaque année la région de l’Annapurna, attirés par les magnifiques spectacles qu’offrent les sommets de l’Himalaya. En 2014, une tempête de neige a tué près de 40 personnes sur ce circuit très apprécié des randonneurs, une des plus grandes tragédies à avoir frappé cette activité touristique au Népal.