Primaire démocrate: Cory Booker abandonne, Bernie Sanders grimpe et Michael Bloomberg fait sa pub

USA 2020 La course démocrate se décante, trois semaines avant le premier scrutin qui se déroulera dans l'Iowa le 3 février

Philippe Berry

— 

Le candidat démocrate Cory Booker, le 7 avril 2019.
Le candidat démocrate Cory Booker, le 7 avril 2019. — Steven Senne/AP/SIPA

Ils ne sont plus que 12 dans l’arène. Alors qu’il ne décollait pas dans les sondages, le sénateur du New Jersey Cory Booker a jeté l’éponge dans la primaire démocrate, lundi. Dans une course toujours dominée par Joe Biden, Bernie Sanders continue de grimper, en seconde position, tandis que le recul d’Elizabeth Warren se confirme. A trois semaines du premier scrutin dans l’Iowa, le dernier arrivé, Michael Bloomberg, qui pointe en cinquième position, dépense sans compter avec des pubs diffusées pendant les matchs de football américain ce week-end, avant son duel à distance avec Donald Trump lors du Super Bowl, le 2 février.

Cory Booker tire sa révérence

Ce n’était pas son année. Malgré un charisme indéniable et de bonnes performances lors des débats télévisés, Cory Booker a mis fin à sa campagne, lundi matin. Alors qu’il semblait avoir une carte à jouer, le sénateur du New Jersey n’a jamais réussi à décoller dans les sondages – il pointait à moins de 2 % ces derniers mois. Après le retrait de Kamala Harris, il ne reste plus qu’Andrew Yang pour représenter les minorités. Dans son message d’adieu publié sur Twitter, Booker promet de faire campagne pour le candidat démocrate. En attendant, il va retourner au Sénat pour le procès en destitution de Donald Trump. A 50 ans, on le reverra sans doute lors d’une future présidentielle.

Bernie Sanders monte, Elizabeth Warren baisse

Joe Biden continue de dominer les sondages nationaux, à 29 % d’intentions de vote, selon la moyenne établie par RealClearPolitics. Mais derrière, Bernie Sanders a le vent en poupe chez les progressistes : il est passé de 14 % en octobre à 20 % aujourd’hui. Elizabeth Warren, elle, connaît une trajectoire opposée, avec une chute de 26 % à 15 %.

Depuis l’alerte cardiaque de Sanders, l’aile gauche de l’électorat démocrate semble se solidifier autour du sénateur du Vermont, qui a reçu le soutien officiel de plusieurs syndicats dans l’Iowa et le New Hampshire. Alors que les deux camps se rendent coup pour coup, Donald Trump a jeté de l’huile sur le feu ce week-end, tweetant : « Wow, Bernie le fou monte dans les sondages (…). Ses bénévoles critiquent Elizabeth ''Pocahontas'' Warren. Tout le monde sait que sa campagne est finie. Elizabeth est en colère contre Bernie. Est-ce qu’une dispute se profile ? »

Michael Bloomberg mise gros sur la pub

L’ancien maire de New York s’est lancé (très) tard dans la course, plus de six mois après ses adversaires. Il pointe désormais en 5e position des sondages, derrière Pete Buttigieg, à 6 %. Michael Bloomberg dispose d’une arme majeure : sa fortune personnelle, estimée à plus de 50 milliards de dollars. Il dépense sans compter, inondant les premiers Etats de spots télévisés dans lesquels il a investi plus de 100 millions de dollars.

Ce week-end, il s’est même offert une pub nationale pendant un match de football américain, et il va récidiver le 2 février lors du Super Bowl, avec une minute achetée 10 millions de dollars, tout comme… Donald Trump. Le duel de milliardaires promet, entre des pubs pour les chips Doritos et la bière Bud Light.