En Caroline du Nord, le vote anticipé a fait le plein

REPORTAGE Des millions de personnes ont déjà voté pour la présidentielle américaine, un record...

A l'université de Chapel Hill, Caroline du Nord, Kéthévane Gorjestani

— 

Le « early voting » vote anticipé a fait le plein pour la présidentielle américaine 2008. Ici devant un bureau de vote de Washington DC, le 28 octobre.
Le « early voting » vote anticipé a fait le plein pour la présidentielle américaine 2008. Ici devant un bureau de vote de Washington DC, le 28 octobre. — T. SLOAN / AFP

Une file d’attente d’une vingtaine de personnes, des isoloirs et des autocollants «I voted» (j'ai voté) sur fond de drapeau américain. Partout sur le campus de l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill, des panneaux incitent les étudiants à aller voter au Morehead planétarium, le bureau de vote du campus. Ici, comme dans trente trois autres états, les électeurs peuvent voter en personnes depuis plusieurs semaines, pendant ce que les Américains appellent le «early voting» (vote anticipé).

Pourquoi voter en avance? Pour beaucoup, c’est surtout une question de facilité. Nicholas Reid, en quatrième année de biologie à UNC, est venu voter en sortant de cours. La majorité des étudiants ont choisi le «early voting» parce qu’il n’y aura pas de bureau de vote sur le campus le 4 novembre. «C’est vraiment pratique. Pas besoin de prendre la voiture pour aller hors campus, c’est facile de venir ici à pieds après les cours. En plus, j’ai pu choisir quel jour venir voter, parce que le mardi j’ai beaucoup de cours donc ça ne m’arrangeait pas», ajoutant qu’il pensait que les files d’attente seraient très longues le 4 novembre.

Eviter les files d’attente

Une inquiétude partagée par beaucoup de votants à Chapel Hill. «Nous espérons que le "early voting" va permettre de réduire l’attente le 4 novembre», explique Al Olsen, un volontaire au bureau de vote. John Vrnak, un militant démocrate, a voté le premier jour «loin des files d’attentes du 4 novembre». Autre avantage du «early voting» permet aussi à certains de s’inscrire sur les listes électorales et voter en même temps.

Et même si ce n’est pas le jour officiel du vote, le sentiment est le même. «Je suis fier de faire mon devoir civique», explique Nicholas Reid, qui votait pour la première fois, en montrant son sticker «I voted». «Je ne pense pas que le jour du vote soit important», ajoute-t-il. Pour John Vrnak, qui a voté le premier jour, «il n’y a pas de différence, le "early voting" est tout aussi légitime mais certaines personnes préfèrent attendre par tradition.»

Des records de participation

Le «early voting» s’est terminé samedi en Caroline du Nord. En l’espace de deux semaines, près de 2,6 millions d’électeurs de Caroline du Nord se sont rendus aux urnes, soit 40% ds votants et le double du «early voting» de 2004. Avec environ 65% du total des votants de l’élection précédente, c’est une participation record dans un Etat qui représente, cette année, un vote clé.

Les files d’attentes sont les mêmes en Floride, en Géorgie et ailleurs. Partout le «early voting» bat des records. Près d’1/3 des électeurs américains devraient déjà avoir voté le 4 novembre.