Crise avec l’Iran : La « malencontreuse erreur » d’un ex-diplomate malien dresse Bamako contre Washington

BOURDE DIPLOMATIQUE Un tweet de la présidence malienne a mentionné une « connerie » de la part du président américain et a qualifié les États-Unis d'« État voyou »

20 Minutes avec agences

— 

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta
Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta — Mamadou Toure Behan AFP

L’étonnement n’était pas mince ce lundi après-midi. Sur le compte Twitter de la présidence malienne, un message a déploré que personne n’ait dit « à Trump qu’il a commis une connerie » en ordonnant l’assassinat du général Qassem Soleimani ».

Donald Trump « précarise les fragiles équilibres, menace la paix mondiale et fait des Etats-Unis un Etat voyou », accuse le texte. Celui-ci, abondamment reproduit sur les réseaux sociaux, a été effacé depuis lors.

Ce n’est pas l’œuvre d’un pirate

Ce lundi soir, la présidence du Mali, dans un message « urgent » sur le même compte, affirme avoir été « momentanément piratée par des individus mal intentionnés ». Elle a ouvert des investigations « pour en démasquer les auteurs », dit-elle.

L’auteur est en réalité l’ancien responsable de la communication du président Ibrahim Boubacar Keïta, Tiegoum Maïga. Il s’est dénoncé lui-même ce mardi, sur son propre compte Twitter. « Ni pirates, ni hackers, une regrettable erreur de manipulation », a-t-il avoué.

Erreur sans « volonté de nuisance »

Tiegoum Maïga, qui est par ailleurs le frère de l’ex-Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga, a été démis de ses fonctions en novembre. Mais il a conservé l’accès au compte présidentiel, un oubli, a-t-il expliqué. En voulant donner son avis sur les affaires du monde ce lundi, il s’est trompé, sans « aucune volonté de nuisance ».

La communication des Etats-Unis elle-même a connu un rare cafouillage ce lundi avec l’annonce, dans une lettre transmise par erreur, d’un retrait américain d’Irak, ensuite démenti.