Irak: L'Italie va maintenir sa présence militaire

ARMEE Rome a plus de 900 soldats en Irak et dans ses environs, dont 300 au Koweït

20 Minutes avec AFP

— 

Le secrétaire d'Etat américain à la Défense, Mark Esper (à gauche) avec son homologue italien Lorenzo Guerini, le 25 octobre 2019 à Bruxelles.
Le secrétaire d'Etat américain à la Défense, Mark Esper (à gauche) avec son homologue italien Lorenzo Guerini, le 25 octobre 2019 à Bruxelles. — Virginia Mayo/AP/SIPA

A la suite du vote dimanche du Parlement irakien demandant au gouvernement de « mettre fin à la présence des troupes étrangères », le ministre italien de la Défense Lorenzo Guerini a annoncé mardi avoir eu une conversation téléphonique « franche et claire » avec son homologue américain Mark Esper. Résultat : l’Italie va maintenir son millier de soldats stationnés en Irak et dans sa région dans le cadre de la coalition internationale anti-Etat islamique (EI) emmenée par les Etats-Unis, en dépit des tensions survenues après l’assassinat du général iranien Soleimani.

« Un message positif » pour les Américains

La nouvelle a particulièrement bien été accueillie par Washington. Mark Esper a ainsi salué « comme un message positif et fort la décision italienne de maintenir sa présence sur le terrain ». Lorenzo Guerini a pour sa part appelé Washington « à la modération, au dialogue et au sens des responsabilités dans la gestion de la complexe situation actuelle en Irak ».

Selon des médias italiens citant des sources militaires, « quelques dizaines » de soldats italiens ont été déplacées d’un centre d’opérations près de l’ambassade américaine à Bagdad après plusieurs tirs de mortier. « Avec un millier d’hommes en Irak, plus d’un millier au Liban au sein de la Finul au Liban et un peu moins d’un millier en Afghanistan, l’Italie figure parmi les pays les plus engagés dans la stabilité de la région », a précisé Lorenzo Guerini.

Lutter contre Daesh

Rome a plus de 900 soldats en Irak et dans ses environs, dont 300 au Koweït, environ 450 qui entraînent des combattants kurdes à Erbil, 90 à Kirkouk et 50 à Bagdad, selon les médias italiens. Lorenzo Guerini a mis l’accent sur l’importance « d’affronter les développements à venir de manière coordonnée, avec l’objectif d’être en mesure de poursuivre l’engagement de la coalition anti-Daesh, dans un cadre sûr pour notre armée ».