Tensions Iran – USA EN DIRECT : « Aucun Américain tué dans les frappes iraniennes », affirme Donald Trump... De nouvelles sanctions contre l'Iran...

LIVE Téhéran a indiqué avoir tiré « des dizaines » de missiles en réponse à la mort du général Soleimani

P.B. et L. Br.

— 

Donald Trump, le 24 décembre 2019 dans son domaine de Mar-a-Lago aux aux Etats-Unis.
Donald Trump, le 24 décembre 2019 dans son domaine de Mar-a-Lago aux aux Etats-Unis. — Nicholas Kamm / AFP

L’ESSENTIEL

  • L’Iran a tiré une douzaine de roquettes sur deux bases militaires en Irak abritant des forces américaines dans la nuit de mardi à ce mercredi, une attaque condamnée par de nombreux pays.
  • Donald Trump a pris la parole dans l'après-midi pour indiquer qu'aucune victime américaine n'est à déplorer dans l'attaque.
  • Le président américain a également indiqué que les Etats-Unis prendraient de nouvelles sanctions économiques contre l'Iran.

A LIRE AUSSI

VIDEO

 

17h38 : « Les Etats-Unis sont prêts à s’ouvrir à la paix », conclut Donald Trump

17h34 : Trump annonce de nouvelles sanctions « immédiates » contre l’Iran

17h33 : Trump affirme que l’Iran « semble reculer » et s’en félicite

17h30 : « Nous n’allons jamais laisser l’Iran acquérir la bombe atomique », continue Trump

17h29 : « Aucun américain n’a été blessé ou tué par les frappes iraniennes », affirme Donald Trump

Aucune victime irakienne n'est à déplorer non plus, continue Trump, qui annonce quelques dégâts matériels mineurs.

17h27 : Le président Trump vient d'arriver

17h16 : Bagdad va convoquer l’ambassadeur d’Iran pour « une violation de sa souveraineté », annonce l’Irak

17h08 : Donald Trump ne devrait plus tarder…

Les journalistes sont installés dans la salle prévue où doit avoir lieu la conférence de presse à la Maison blanche…

16h03 : Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine appellent « à la retenue » dans un communiqué commun

Les deux présidents ont appelé « toutes les parties à agir avec retenue » pour mettre fin à l’escalade.

« Nous affirmons notre engagement à désamorcer les tensions dans la région et appelons toutes les parties à agir avec retenue et bon sens et à donner la priorité à la diplomatie », ont déclaré les deux présidents dans un communiqué conjoint à l’issue d’un entretien à Istanbul.

15h31 : « L’Irak ne doit pas payer le prix de rivalités extérieures », alerte l’ONU

« Nous appelons urgemment à la retenue et à la reprise du dialogue », écrit l’Unami (la mission de l’ONU en Irak) dans un communiqué après des tirs qui « ne font que mener à une escalade du conflit et violent une nouvelle fois la souveraineté irakienne ».

C’est à Bagdad que les Etats-Unis avaient assassiné vendredi le général iranien Qassem Soleimani et c’est sur le sol irakien que l’Iran a répondu en frappant deux bases irakiennes accueillant des troupes de la coalition internationale emmenée par Washington.

15h28 : On attend toujours la prise de parole de Donald Trump

Selon plusieurs médias, dont CNN, elle devrait avoir lieu à 17 heures (heure de Paris), soit 11 heures à Washington. 

14h23 : L’Iran a prouvé qu’il « ne bat pas en retraite » devant l’Amérique, réagit le président iranien Hassan Rohani

« Il a été clairement prouvé que nous ne battons pas en retraite devant l’Amérique », a déclaré mercredi le président iranien Hassan Rohani après des frappes nocturnes de missiles iraniens contre une base irakienne utilisée par Washington en Irak.

Si l’Amérique « veut commettre un autre crime, elle doit savoir qu’elle recevra une réponse plus ferme » encore, a dit Hassan Rohani en conseil des ministres, « mais s’ils sont sages, ils ne feront rien de plus à ce stade ».

14h01 : Le président irakien « dénonce » les frappes de l’Iran, refuse que l’Irak se « transforme en champ de bataille »

Le président irakien Barham Saleh a « dénoncé » les tirs de missiles iraniens sur des bases abritant des Américains, disant refuser « que l’Irak ne soit transformé en champ de bataille pour des parties en conflit ». Vendredi, c’est à Bagdad que les Etats-Unis avaient assassiné le général iranien Qassem Soleimani et c’est sur le sol irakien que l’Iran a répondu en frappant deux bases irakiennes accueillant des troupes de la coalition internationale emmenée par Washington. M. Saleh a dit « refuser de nouveau les violations répétées de la souveraineté irakienne ».

13h57 : Chypre prêt à abriter une unité de réaction rapide américaine en cas d'évacuation

13 h 55 : Un peu plus sur la réaction de l’Otan aux tirs de cette nuit

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a condamné mercredi les tirs de missiles iraniens contre des bases en Irak utilisées par les Américains et a réitéré son appel à la retenue. « L’Otan exhorte l’Iran à s’abstenir de toute nouvelle violence », a affirmé Jens Stoltenberg sur son compte Twitter.

Un responsable de l’Alliance a par ailleurs assuré qu’aucune victime n’était à déplorer parmi les effectifs de la mission de l’Otan s’occupant de former les forces irakiennes.

13h35 : Le chef du Parlement irakien « condamne une violation iranienne de la souveraineté irakienne »

Le chef du Parlement irakien a dénoncé mercredi « une violation iranienne de la souveraineté irakienne », après le tir par Téhéran de 22 missiles sur des bases irakiennes abritant des soldats américains en représailles à l’assassinat par Washington de son général Qassem Soleimani à Bagdad.

« Nous condamnons la violation iranienne de la souveraineté irakienne aujourd’hui à l’aube, nous confirmons notre refus absolu que les parties en conflit utilise l’arène irakienne pour régler leurs comptes », indique dans un communiqué Mohammed al-Halboussi, ancien gouverneur de la province sunnite d’Anbar, où la base d’Aïn al-Assad a été frappée dans la nuit par 17 missiles iraniens, selon l’armée irakienne.

13h14 : Boris Johnson appelle l’Iran à « une désescalade urgente »

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé Téhéran à « une désescalade urgente », condamnant les attaques iraniennes en Irak contre des bases de la coalition.

« Bien sûr, nous condamnons l’attaque contre les bases militaires irakiennes accueillant les forces de la coalition. L’Iran ne doit pas réitérer ces attaques imprudentes et dangereuses mais devrait plutôt œuvrer en faveur d’une désescalade urgente », a déclaré Boris Johnson devant le Parlement au sujet des tirs de missiles en représailles à l’assassinat par Washington du général Qassem Soleimani.

13h04 : L'Otan condamne les tirs iraniens contre les Américains en Irak

12h48 : Une infographie pour visualiser les bases visées par les tirs iraniens ce mercredi, réalisée par l'AFP

Le détail des frappes iraniennes en Irak, le 8 janvier 2020.
Le détail des frappes iraniennes en Irak, le 8 janvier 2020. - Sophie RAMIS, Aude GENET, STF / AFP

 

11h38 : Paris condamne les « attaques » iraniennes

Dans un communiqué, Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, appelle à la « désescalade » : « La France condamne les attaques conduites cette nuit par l’Iran en Irak contre des emprises de la Coalition contre Daesh. (…) La priorité va plus que jamais à la désescalade. Le cycle de violences doit s’interrompre. La France reste pour sa part déterminée à travailler à l’apaisement des tensions », poursuit le communiqué.

11h25 : Bagdad annonce que l’Iran l’avait informé d’une attaque imminente contre les Américains sur son sol

« Mercredi après minuit, nous avons reçu un message verbal officiel de la République islamique d’Iran indiquant que la riposte à l’assassinat du martyr Qassem Soleimani commençait ou allait commencer sous peu et que les frappes se limiteraient aux zones où l’armée américaine est présente en Irak sans plus de détails sur les localisations », indique le bureau du Premier ministre démissionnaire Adel Abdel Mahdi.

« Quasiment au même moment, les Américains nous appelaient alors que les missiles s’abattaient sur les sections américaines des bases d’Aïn al-Assad et d’Erbil », peut-on lire dans le communiqué.

11h15 : La télévision d’Etat iranienne fait état de 80 Américains tués dans les frappes

Il faut rester prudent sur ce chiffre, basé sur une « source informée » au sein des Gardiens de la Révolution, qui n’a été confirmé par aucune autre source. Des drones, des hélicoptères et d’autre matériel militaire auraient aussi été endommagés dans le raid.

10h56 : Des paramilitaires irakiens menacent les Etats-Unis

Un des chefs du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires pro-Iran intégrés à l’Etat irakien, a envoyé des menaces aux Etats-Unis ce mercredi, promettant une « riposte » qui « ne sera pas moins importante que la réponse iranienne ».

10h16 : Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou prévient l’Iran d’une riposte « retentissante » en cas d’attaque contre Israël

Dans leur communiqué publié après les envois de missiles sur les bases américaines, les Gardiens de la révolution iraniens ont menacé Israël, en tant que pays allié des Etats-Unis.

10h07 : Air France suspend tout survol de l’Irak et de l’Iran, l’Allemagne et les Etats-Unis prennent aussi des mesures

La compagnie aérienne a annoncé ce mercredi suspendre jusqu’à nouvel ordre « tout survol des espaces aériens iranien et irakien », quelques heures après des frappes iraniennes contre deux bases abritant des soldats américains en Irak.

« Les plans de vols sont ajustés en temps réel en fonction des décisions des autorités françaises et régionales, partout dans le monde, afin d’assurer le plus haut niveau de sécurité des vols », assure la compagnie.

En Allemagne, Lufthansa a fait la même annonce. Aux Etats-Unis, l’agence fédérale de l’aviation américaine (FAA) a interdit dès mardi soir aux avions civils américains le survol de l’Irak, de l’Iran et du Golfe, dans la foulée des attaques.

9h15 : Les frappes sont « une gifle à la face » des Américains, affirme l’ayatollah Khamenei

Le guide suprême de la République islamique d’Iran a affirmé ce mercredi que les tirs nocturnes de missiles iraniens sur des bases abritant des soldats américains en Irak sont « une gifle en pleine face » des Etats-Unis.

« La nuit dernière, une gifle a été donnée en pleine face » aux Américains, a dit l’ayatollah Ali Khamenei dans un discours télévisé. Le N°1 iranien avait appelé à venger la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani, assassiné le 3 janvier, avec l’homme de l’Iran à Bagdad et huit autres personnes, par une frappe de drone américain dans la capitale irakienne.

9h09 : Berlin condamne « le plus fermement » les tirs de missiles iraniens

L’Allemagne condamne « le plus fermement l’agression » de l’Iran qui a tiré des missiles sur des bases abritant des soldats américains en Irak, a indiqué ce mercredi la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer.

« Il s’avère maintenant décisif que nous ne laissions pas cette spirale croître encore », a-t-elle souligné sur la chaîne de télévision publique ARD, précisant qu’il appartenait « avant tout aux Iraniens de ne pas provoquer de nouvelle escalade ».

8h31 : Ce genre de frappes va-t-il devenir fréquent ?

C'est ce que pense un chercheur d'une université américaine spécialiste de l'Iran : « Bien que l'Iran ait limité sa réponse à des frappes très calibrées sur des bases en Irak, ce n'est sûrement pas la fin de l'histoire. A partir de maintenant et selon la réponse américaine, les frappes indirectes vont peut-être devenir fréquentes», estime Ali Vaez. 

 

8h09 : Londres condamne les attaques sur les bases de la coalition en Irak

Londres a « condamné » ce mercredi les attaques iraniennes en Irak « imprudentes et dangereuses » contre des bases de la coalition de la coalition, incluant des forces britanniques, exprimant sa « préoccupation » quant à des « informations faisant état de blessés ». « Nous condamnons cette attaque sur des bases militaires irakiennes abritant des forces de la coalition, dont des Britanniques », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab.

7 h 28 : 22 missiles tirés ont été tirés sur les bases américaines visées en Irak

D'après l’armée irakienne, aucun soldat irakien n'a été touché.

5 h 42 : Le crash de l’avion ukrainien près de Téhéran pas lié aux tensions diplomatiques actuelles

170 personnes sont probablement mortes dans ce crash peu après le décollage de Téhéran. Un souci technique serait à l’origine de l’accident.

 

5 h 13 : Le ministre iranien des Affaires étrangères parle de réponse « proportionnée »

Le ministre iranien des Affaires étrangères a affirmé mercredi que son pays avait mené et « terminé » dans la nuit des représailles à l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, tué en Irak par Washington, en attaquant une base utilisée par les Etats-Unis dans ce pays. « L’Iran a pris et terminé des mesures proportionnées d’autodéfense conformes à […] la Charte de l’ONU en attaquant une base d’où ont été lancées des attaques lâches contre nos citoyens et officiers de haut rang. Nous ne cherchons pas l’escalade ou la guerre, mais nous nous défendrons contre toute agression », a écrit le ministre sur son compte Twitter.

 

4 h 38 : Les Gardiens de la révolution revendiquent l’attaque

Voici la traduction intégrale, du communiqué en persan publié dans la nuit de mardi à mercredi par les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique iranienne, après leurs frappes de missiles :

A l’Oumma [la communauté des croyants de l’islam] et à la grande nation de l’Iran islamique :

Le temps de la réalisation de la promesse garantie [par Allah] est venu, et ce matin, avec la permission de Dieu tout-puissant, en réponse à l’opération criminelle et terroriste des envahisseurs américains, et pour venger l’assassinat lâche et le martyre douloureux du chef héroïque de la Force Qods, commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique [CGRI], le général glorieux Hajj Qassem Soleimani, qui [toute sa vie] a fait sacrifice [de sa personne], les courageux combattants de la force aérospatiale du CGRI, dans une opération réussie appelée « Opération Martyr Soleimani », code sacré « Ô Zahra » [NDLR : Fatima Zahra est la fille unique de Mahomet, la femme la plus importante de l’Histoire pour les chiites], ont tiré des dizaines de missiles sol-sol sur la base aérienne d’invasion de l’armée terroriste de l’agresseur américain, la base nommée Aïn al-Assad, et ont écrasé cette base. Les détails [de cette opération] seront communiqués à la noble nation iranienne et au monde musulman par la suite.

Le Corps des Gardiens de la révolution islamique souhaite féliciter la communauté des croyants de l’islam pour cette grande victoire et l’informe, ainsi que le grand et dévoué peuple de l’Iran islamique :

1. Nous avertissons le Grand Satan, le régime américain vicieux et arrogant, qu’à tout nouvel acte malveillant ou nouveau mouvement d’agression seront opposées des réponses encore plus douloureuses et dévastatrices.

2. Nous avertissons les gouvernements alliés des Etats-Unis qui ont fourni leurs bases à l’armée terroriste de ce pays que tout territoire utilisé d’une façon ou d’une autre pour servir de point de départ à des actes hostiles et agressifs contre la République islamique d’Iran sera visé [par les missiles du CGRI].

3. Nous ne considérons en aucun cas que le régime sioniste soit dissocié des Etats-Unis dans [la responsabilité] de ces crimes.

4. Nous conseillons au peuple américain de rappeler les troupes américaines [déployées dans la] région afin d’éviter de nouvelles pertes et de ne pas permettre que la vie de ses soldats soit davantage menacée par la haine toujours croissante que le régime américain, avec sa détestation de tout peuple, suscite à son encontre [dans le monde].

4 h 30 : Wall Street rassurée

Le Dow Jones, qui a chuté de près de 500 points après Bourse au moment de l’annonce de la riposte iranienne revient presque à l’équilibre.

3 h 55 : « Tout va bien », assure Trump, qui s’exprimera mercredi matin

« Tout va bien ! Missiles tirés depuis l’Iran sur deux bases militaires en Irak. L’évaluation sur les dégâts et les victimes a lieu en ce moment. Jusque-là tout va bien. Nous avons l’armée la plus puissante du monde. Je ferai une déclaration demain (mercredi) matin », vient de tweeter Donald Trump d’un ton plutôt calme.

 

3 h 45 : L’Iran « ne cherche pas l’escalade ou la guerre »

L’Iran calme le jeu. Le chef de la diplomatie iranienne parle de « réponse proportionnée » et assure que l’Iran « ne cherche pas l’escalade ou la guerre ».

 

3h25 : Un sénateur proche de Trump dénonce « un acte de guerre » de l’Iran

Lindsey Graham, un sénateur proche de Trump, a dénoncé sur Fox News « un acte de guerre », ajoutant : « le président a toute l’autorité dont il a besoin pour répondre avec l’article II ». Il s’agit de l’article II de la constitution. Il ne permet pas à un président de déclarer la guerre à un ennemi mais lui permet d’ordonner une opération militaire « en réponse à une attaque contre les Etats-Unis, ses territoires ou ses forces armées ».

3h10 : Les avions civils américains interdits de survol de l’Irak, de l’Iran et du Golfe

« L’agence fédérale de l’aviation a émis des messages aux navigants aériens (NOTAMS) détaillant des restrictions de vol qui interdisent les opérateurs d’avions civils américains d’opérer dans l’espace aérien au-dessus de l’Irak, l’Iran, et les eaux du golfe Persique et le golfe d’Oman », a annoncé la FAA dans un communiqué.

2h55: Des avions militaires survolent Bagdad

De nombreux avions militaires survolent Bagdad, ont constaté des journalistes de l'AFP. L'agence ne précise pas s'il s'agit d'appareils iraniens ou américains.

2h50: La réunion de crise à la Maison Blanche est terminée

Le vice-président Mike Pence, le secrétaire d'Etat Mike Pompeo et le chef du Pentagone Mark Esper viennent de quitter la Maison Blanche. Donald Trump ne fera pas d'allocution ce soir, l'Iran semble également calmer le jeu en promettant de s'arrêter là si les Etats-Unis ne ripostent pas.

2h45: Joe Biden veut en savoir plus avant de s'exprimer

Le candidat démocrate adresse simplement ses prières aux troupes touchées.

 

2h40: L'Iran s'en tiendra là si les Etats-Unis ne répondent pas

Selon la télévision d'Etat, cette double attaque est une riposte à la mort du général Soleimani, mais l'Iran n'ira pas plus loin si les Etats-Unis ne ripostent pas.

2h35: Trump suit la situation mais ne fera pas d'allocution télévisée ce soir

L'incertitude planait, mais la press secretary de la Maison Blanche vient d'indiquer que Donald Trump s'adressera pas à la nation ce soir. Il se trouve actuellement dans la Situation room pour suivre la crise.

2h30: Le cours du pétrole bondit

Les cours du pétrole bondissent de plus de 4,5% après les attaques en Irak

2h30: Il y aurait des victimes parmi les forces irakiennes

Selon CNN, les roquettes aurient fait des victimes côté irakien mais pas américain. L'information n'a pas été confirmée par le Pentagone. On ne sait pas s'il s'agit de blessé ou de mort à ce stade.

2h25: Deux bases utilisées par l'armée américaine touchées, Trump pourrait s'exprimer

Au moins une douzaine de roquettes se sont abattues dans la nuit de mardi à mercredi sur deux bases irakiennes où sont postés des soldats américains, a confirmé le Pentagone. De son côté, la télévision iranienne affirme que Téhéran a tiré « des dizaines » de roquettes en riposte à la frappe américaine qui a éliminé le général Soleimani la semaine dernière. Donald Trump, qui «suit la situation de près», selon la Maison Blanche, pourrait s'exprimer dans la soirée, selon les médias américains.