RDC : Plus de 6.000 morts dans la « pire épidémie de rougeole au monde »

EPIDEMIE Outre la rougeole, la RDC lutte contre une épidémie d'Ebola qui a déjà fait 2.233 morts sur 3.390 cas enregistrés

Thibaut Chevillard

— 

Un enfant se faisant vacciner en RDC contre le virus Ebola, le 13 juillet 2019.
Un enfant se faisant vacciner en RDC contre le virus Ebola, le 13 juillet 2019. — Jerome Delay/AP/SIPA

L’épidémie de rougeole qui sévit en République démocratique du Congo est « la pire au monde » et a tué plus de 6.000 personnes en un an, a indiqué mardi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui demande 40 millions de dollars supplémentaires pour y faire face. En 2019, « plus de 18 millions d’enfants de moins de 5 ans ont été vaccinés » à travers le pays et « environ 310.000 cas suspects » de rougeole ont été notifiés, indique l’OMS dans un communiqué. « 25 % des cas de rougeole enregistrés concernent les enfants de plus de cinq ans, qui sont les plus vulnérables », ajoute l’OMS.

D’après l’OMS, « 27,6 millions de dollars américains ont été mobilisés » mais « 40 millions de dollars supplémentaires sont nécessaires » pour un plan de réponse de six mois visant à étendre la vaccination aux enfants âgés de 6 à 14 ans notamment. « Nous exhortons nos partenaires donateurs à intensifier leur assistance d’urgence », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Faible couverture vaccinale

L’épidémie a été aggravée par la faible couverture vaccinale des communautés vulnérables, la malnutrition, la faiblesse des systèmes de santé publique, les flambées d’autres maladies à potentiel épidémique, l’accès difficile des populations vulnérables aux soins de santé et l’insécurité ayant entravé la riposte dans certaines zones.

Outre la rougeole, la RDC lutte contre une épidémie d’Ebola qui a déjà fait 2.233 morts sur 3.390 cas enregistrés, d’après le dernier bilan officiel daté du dimanche. Déclarée en août 2018, cette dixième épidémie d’Ebola sur le sol congolais touches les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, deux régions en proie aux violences en raison de la présence des dizaines de groupes armés locaux et étrangers.