Angola : L’explosion accidentelle d’une mine fait cinq morts et huit blessés

FAITS DIVERS L’Angola reste l’un des pays les plus minés au monde

20 Minutes avec agences

— 

Une mine antipersonnel présentée lors d'un salon de la Défense. Illustration.
Une mine antipersonnel présentée lors d'un salon de la Défense. Illustration. — F. Durand - Sipa

Les vestiges de la guerre civile en Angola continuent de faire des morts, 18 ans après la fin du conflit. Cinq personnes ont été tuées et huit gravement blessées dans l’est du pays par l’explosion accidentelle, au passage de leur véhicule, d’une mine, a rapporté ce lundi le ministère de l’Intérieur.

L’incident s’est produit dimanche soir dans la province de Lunda-Sul. Une voiture tout-terrain avec 13 personnes à bord a déclenché « ce qui ressemble à une mine antichar », précise le communiqué des autorités. Cinq occupants sont décédés sur place, les huit autres ont été hospitalisés, selon la même source.

1.200 sites sont encore infestés à travers le pays

Plus d’un million de mines ont été enfouies pendant les vingt-sept ans de la guerre civile (1975-2002) en Angola, qui reste l’un des pays les plus minés au monde.

Sur les 3.000 lieux infestés de ces engins recensés en 2002 dans le pays, plus de 1.200 doivent encore être nettoyés. Ces mines continuent à causer régulièrement des accidents.

L’an dernier, l’une d’elles avait tué cinq personnes à Cunene (sud-ouest), selon les autorités, qui estiment entre 40.000 et 60.000 le nombre de personnes blessées par les mines dans le pays.

L’objectif zéro mine en 2025 ne sera certainement pas tenu

En octobre, le prince Harry s'était rendu en Angola pour participer à une opération de déminage. Sa mère, la princesse Diana, très engagée pour cette cause, avait fait de même 22 ans plus tôt.

Luanda avait fait savoir lors de cette visite qu’il ne pourrait probablement pas respecter son engagement de se débarrasser de ses mines d’ici à 2025, faute de moyens suffisants.